Le meneur américain du Portel apprend son renvoi du club... pendant l'échauffement

BASKET Le club du Portel a fait preuve d'un tact formidable au moment d'annoncer le renvoi de Toarlyn Fitzpatrick. Ou pas

A.L.G.

— 

 Toarlyn Fitzpatrick (à gauche) lors d'un match universitaire aux Etats-Unis.
Toarlyn Fitzpatrick (à gauche) lors d'un match universitaire aux Etats-Unis. — Bill Shettle/NEWSCOM/SIPA

« Je joue ou ce soir, coach ? ». « Nulle part, tu te barres ». Cet échange aussi surréaliste qu’imaginaire résume bien l’histoire que nous allons vous conter. Recruté cet été par le Portel, club de basket de Pro A, l’ailier américain Toarlyn Fitzpatrick a appris qu’il venait de se faire lourder par son club à quelques minutes du coup d’envoi du match contre Bourg-en-Bresse.

Dans un laconique communiqué publié sur la page Facebook de l’EESM, le club a affirmé : « c’était dans l’air du temps, c’est officiel : L’ESSM a décidé de couper son ailier. Il recherche un arrière et donc un ailier ». Couper, le terme est bien choisi en effet. L’annonce a choqué jusqu’aux joueurs adverses, comme le meneur de Bourg-en-Bresse, qui a tweeté après le match. « Ils l’ont viré juste avant le match, pendant qu’on s’échauffait… Il nous a demandés s’il pouvait jouer pour nous », a-t-il écrit.

« Un manque de professionnalisme évident »

Pour la Voix du Nord, la décision de virer Fitzpatrick a été prise en direct pendant l’échauffement. « L’Américain haranguait la foule, évoquait Dieu et prononçait des propos en anglais assez confus. Cet incident lui coûte sa place, le club ayant immédiatement annoncé son renvoi sur Facebook », affirme notre confrère.

Le club du Portel réfute cette information, expliquant que la décision avait été prise en amont. Si c’est le cas, il y avait probablement moyen de faire cela avec plus de tact. La méthode n’a d’ailleurs pas plu à certains supporters de l’EESM qui n’ont pas hésité à faire part de leur colère sur les réseaux sociaux.

« J’ai toujours été fier d’être supporter portelois pour les valeurs d’humanité et de générosité que le club dégage. Peu importe le niveau de Fitzpatrick, aucun être humain ne peut être humilié de la sorte avant le coup d’envoi d’un match et même pendant l’échauffement…., s’est indigné ce supporter sur la page Facebook du club. C’est un manque de professionnalisme évident et une erreur de gestion d’effectif qui va peser lourd à plein de niveaux. » Sans son meneur américain, la lanterne rouge de Pro A s’est lourdement inclinée sur le score de 74 à 90. Le karma, vous dites ?