Stade Rennais-CFR Cluj : Leur entraîneur « fragilisé », les Bretons n’ont « pas d’autre choix que de se sublimer »

FOOTBALL Le Stade Rennais n’a pas d’autre choix que de l’emporter devant son public ce jeudi soir face à l’actuel leader du championnat roumain

Jérôme Gicquel

— 

Julien Stéphan joue peut-être son avenir sur le banc ce jeudi soir face à Cluj.
Julien Stéphan joue peut-être son avenir sur le banc ce jeudi soir face à Cluj. — Insidefoto/Sipa USA/SIPA
  • Le Stade Rennais joue sa survie en Ligue Europa ce jeudi soir face aux Roumains de Cluj.
  • Les tensions sont palpables au sein du club qui n’a pas remporté la moindre victoire depuis fin août.
  • En conférence de presse mercredi, le coach Julien Stéphan a d’ailleurs égratigné sa direction.

A quelques heures d’une rencontre décisive face au CFR Cluj, la tension est palpable au Stade Rennais. A la recherche d’une victoire depuis le 25 août, les Bretons jouent leur survie en Ligue Europa ce jeudi soir face à l’actuel leader du championnat roumain. En cas de nouveau faux pas, l’entraîneur Julien Stéphan pourrait vite se retrouver sur la sellette.

Le coach se sait menacé et il n’a pas cherché à éluder le sujet mercredi en conférence de presse. Au contraire, il a même balancé des piques à sa direction. « Ma position d’entraîneur a été fragilisée il y a quelques semaines, très clairement, lors de la sortie médiatique de la direction sur le site du club », a indiqué Julien Stéphan.

Stéphan paraphrase Winston Churchill

L’entraîneur des Rouge et Noir faisait référence aux propos du coordinateur sportif Sylvain Armand qui avait mis un coup de pression juste avant le déplacement à Marseille fin septembre. « On ne va pas pouvoir se cacher et se trouver des excuses en permanence. Tout est réuni pour que l’équipe performe », avait lancé l’ancien défenseur.

Julien Stéphan avait alors pris cela comme un coup de poignard dans le dos de la part de sa direction et il l’a fait savoir mercredi devant les journalistes. « Mais je suis extrêmement combatif et déterminé », a-t-il assuré, se permettant même de paraphraser Winston Churchill qui estimait que « son histoire lui serait indulgente parce qu’il avait décidé de l’écrire ».

« On est tous derrière le coach », assure Gnagnon

Il n’empêche que le Stade Rennais n’a pas d’autre choix que de gagner ce jeudi soir devant son public. Et il faudra pour cela montrer un tout autre visage que celui de dimanche face à Monaco. « On n’a pas d’autre choix que d’élever notre niveau de détermination, notre niveau d’engagement et se sublimer pour faire une très bonne performance », a-t-il prévenu.

S’il estime ne pas être assez soutenu par sa direction, Julien Stéphan n’a en tout cas pas perdu son vestiaire à en croire Joris Gnagnon. « On est conscients de la situation. On est tous derrière le coach, moi le premier », a indiqué le défenseur. Il reste maintenant à le prouver sur le terrain.