Losc-Valence : Comment Christophe Galtier a fait déjouer l’une des meilleures équipes d’Espagne

FOOTBALL Le nouveau schéma tactique en 3-4-3 utilisé par Christophe Galtier a totalement surpris Valence

Francois Launay

— 

Christophe Galtier, l'entraîneur du Losc
Christophe Galtier, l'entraîneur du Losc — AFP
  • En changeant de système tactique à la surprise générale, l’entraîneur lillois a surpris l’équipe de Valence.
  • Avec un 3-4-3 inhabituel, le club nordiste a réalisé son match le plus abouti de la saison sans toutefois réussir à s’imposer.

Quand ils ont découvert la compo du Losc mercredi soir, les joueurs de Valence ont dû se demander ce qu’avait bu leur analyste vidéo dans la semaine. Car l’équipe nordiste n’avait rien à voir avec celle qu’ils avaient observée sur écran depuis plusieurs jours. « On a été surpris et je pense que ça s’est vu pendant le match. On a déjoué car on ne s’y attendait pas. On pensait qu’ils allaient jouer dans leur habituel 4-4-2 », reconnaît Kevin Gameiro, l’attaquant français de Valence.

L’effet de surprise a donc joué à plein. Il faut dire que c’était la première fois depuis seize mois et son arrivée au Losc que Christophe Galtier avait délaissé son habituel 4-4-2. Moins performant ces dernières semaines, le club nordiste ne surprenait plus personne avec son schéma de jeu. Alors, le coach nordiste a décidé de préparer son coup dans le plus grand des secrets avec un 3-4-3 inhabituel sans faire débuter des joueurs majeurs comme Bamba et Ikoné.

Un schéma travaillé la veille du match

« On l’a travaillé la veille du match de manière assez importante. On a répété certaines choses mercredi matin à l’entraînement. Quand on prend ce genre de décisions, de bouleverser de manière importante un schéma de jeu défini depuis seize mois, il faut l’adhésion des joueurs. J’ai pris soin de prendre la température, de savoir s’ils étaient prêts à aller dans ce bouleversement tactique », raconte l’entraîneur nordiste.

Le match le plus abouti de la saison

Plus solides derrière, plus présents dans le pressing, les Lillois ont totalement étouffé Valence en réalisant le match le plus abouti de leur saison. Le changement tactique a donc été payant même si le résultat final ne reflète pas la totale maîtrise des Nordistes. « On a fait 27 tirs contre 6, on leur a été largement supérieurs. Christophe a voulu surprendre Valence et on a vu qu’ils avaient été très mal à l’aise par rapport à ce 3-4-3 offensif », constate Gérard Lopez, le président lillois.

Si le résultat final n’a pas été à la hauteur des espérances, au moins le Losc a désormais une corde de plus à son arc pour surprendre ses adversaires. Même si cela ne lui servira sans doute qu’en Ligue 1 vu le retard déjà accumulé dans sa poule de Ligue des champions.