TFC-Losc : « Il faut oublier ce match »… Avant de retrouver la Ligue des champions, ces Lillois sont franchement inquiétants

DECEPTION Lille a chuté samedi à Toulouse en Ligue 1, quatre jours avant d’accueillir Valence en Ligue des champions. Le score (2-1) est flatteur pour le vice-champion de France

Nicolas Stival

— 

Les Lillois Xeka et Fonte ont subi la loi du TFC de Sanogo, qui ouvre ici la marque, samedi au Stadium.
Les Lillois Xeka et Fonte ont subi la loi du TFC de Sanogo, qui ouvre ici la marque, samedi au Stadium. — Rémy Gabalda / AFP
  • Copieusement dominé, le Losc a perdu samedi à Toulouse (2-1). C'est le quatrième match d’affilée sans victoire des Lillois.
  • L’entraîneur nordiste Christophe Galtier se montre inquiet, avant la réception de Valence, mercredi en Ligue des champions, et alors que son équipe a déjà perdu ses deux premiers matchs européens.

« Il faut vraiment oublier ce match, ne pas refaire ces erreurs. » Certes, on a connu des déclarations plus décapantes. Mais au moins Gabriel a-t-il eu le mérite de s’arrêter devant les micros en zone mixte du Stadium, après le non-match livré par le Losc samedi soir à Toulouse, chez une équipe transformée par l’arrivée d’Antoine Kombouaré (2-1). Les coéquipiers du jeune défenseur brésilien de 21 ans sont quant à eux vite montés dans le car, au terme de ce quatrième match d’affilée sans victoire toutes compétitions confondues.

A l’opposé de ce mutisme, Christophe Galtier a longuement conversé en salle de presse. Sans jamais se départir d’un ton calme, l’entraîneur lillois a laissé percer son courroux, après une rencontre que son équipe a passé à jouer à « pousse-ballon » selon lui. « Je suis très déçu. A aucun moment, nous n’avons été capables de gagner, ni même de faire match nul. Le constat est très dur pour les joueurs et l’entraîneur. »

Mais il est juste. A part Araujo, auteur de deux frappes dangereuses dont une sur le poteau, et Maignan dans les buts, les Dogues ont sombré. Notamment l'international Ikoné, feu follet éteint, le milieu Xeka, qui a couru après tous les ballons sans en attraper un, les latéraux Bradaric et Pied (deux penaltys concédés sur des mains !) ou l’arrière central Fonte, buteur de l’inutile (90e+3), « mangé » par Sanogo lors de l’ouverture du score de la tête (58e).

L’addition aurait pu être plus lourde, puisque Maignan a été sauvé trois fois par ses montants en première période, et que Gradel n’a inscrit que le premier des deux penos qu’il a tirés (66e et 82e).

Vers un jeu plus restrictif ?

Pas de rythme, une défense trop poreuse… Le constat est inquiétant pour le vice-champion de France en titre, actuel sixième de L1, un classement aussi flatteur que provisoire. alors que les absences d’André, le métronome du milieu suspendu ce samedi, ou encore de Çelik et Renato Sanches (blessés) n’expliquent pas tout. « Si on ne retrouve pas de l’humilité et l’envie de faire quelque chose ensemble, on se dirige vers des moments difficiles », juge Galtier, qui se demande s’il n’est pas temps d’être « moins joueur et plus solide ».

Déjà pas brillant contre Nîmes à domicile avant la trêve (2-2), le Losc a confirmé au Stadium son mal des transports depuis le début de saison (trois défaites, deux nuls en L1, plus un revers en Coupe d'Europe). Justement, la C1 et son hymne façon espéranto reviennent dans le Nord mercredi, en même temps que les Espagnols de Valence. « Peut-être que les Lillois avaient la tête à la Ligue des champions, ça brille plus que la L1 », tente Kombouaré, le nouvel entraîneur du TFC.

« C’est un match hyper important pour rester en vie dans la compétition », lance Galtier, déjà battu deux fois en deux sorties continentales, à l’Ajax Amsterdam (3-0) puis par Chelsea (1-2). S'il fallait parier sur l’équipe capable d’améliorer l’indice UEFA de la France, on ne mettrait quand même pas toutes ses billes sur ce Losc.