FC Nantes-Rennes : « Je suis content pour le club et un petit peu pour moi aussi », sourit Gourcuff

FOOTBALL Le FC Nantes s’est imposé (1-0) ce mercredi soir dans le derby breton. Cela faisait 14 ans que les Canaris n’avaient plus battu Rennes à la Beaujoire

David Phelippeau

— 

Christian Gourcuff.
Christian Gourcuff. — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
  • Dans le derby breton, Nantes s'est imposé (1-0) contre Rennes.
  • La dernière victoire des Canaris sur les Rennais à la Beaujoire remontait à 2005.
  • Tout un symbole, c’est un joueur made in Jonelière qui a permis à Nantes de sourire enfin à la fin d’un duel avec son meilleur ennemi à la Beaujoire.

En 2005, la dernière fois que les Canaris avaient battu Rennes sur leur pelouse, Jacques Chirac était président de la République et Caravane de Raphaël caracolait en tête des hit-parades en France. Quatorze ans sans aucune victoire pour le FC Nantes dans un derby breton à domicile, le temps devenait immensément long. La série est interrompue depuis ce mercredi soir et le succès (1-0) sur un but sur penalty d’ Abdoulaye Touré à un quart de la fin du match.

«Je suis content pour le club, l’équipe, pour le président, et un petit peu pour moi aussi», lâche, tout sourire, l’entraîneur Christian Gourcuff. Relance d’un confrère, qui imagine que le technicien nantais fait allusion à ses deux licenciements en 2002 et 2015 du Stade Rennais : «Pourquoi pour vous ?» Christian Gourcuff ne polémique pas. «On joue au foot pour gagner, c’est toujours mieux donc de gagner», répond-il banalement.

Un FCN version Gourcuff hyper efficace

Tout un symbole, c’est un joueur made in Jonelière qui a permis à Nantes de sourire enfin à la fin d’un duel avec son meilleur ennemi à la Beaujoire. «C’est une fierté pour moi qui suis Nantais, avoue Abdoulaye Touré, qui s’est permis une panenka pour tromper Edouard Mendy sur le penalty. Cela fait pas mal d’années que je suis là et on n’arrivait pas à battre Rennes à domicile. Il y a un sentiment de joie. J’arrive à faire gagner mon équipe, mais aujourd’hui la victoire est collective. Il y a eu de la solidarité ce soir.»

Beaucoup plus que du talent et de la maîtrise, c'est certain. Cela reste finalement la marque de fabrique du FC Nantes version Christian Gourcuff, quatrième de Ligue 1. « Un axe défensif magistral et solide [Pallois et Girotto] », un Coulibaly au four et au moulin devant, un Lafont décisif sur le penalty de Niang en première mi-temps et une efficacité diabolique (quatre victoires par un but d’écart en sept matchs). « Il nous manque de la maîtrise dans la tenue du ballon, on doit être meilleur, c’est mon regret, analyse (presque tous les week-ends) Gourcuff. Mais l’equipe fait preuve de beaucoup d’abnégation et la bonne ambiance du groupe rejaillit dans des matchs comme ça.»