FC Nantes-Rennes : Pourquoi le FCN n’a pas signé la charte des derbys bretons ?

FOOTBALL Cet été, quatre clubs bretons ont signé une charte pour renforcer l’animation et l’image des derbys bretons. Le FC Nantes, qui accueille Rennes mercredi soir en Ligue 1, était aux abonnés absents

David Phelippeau

— 

Des drapeaux bretons fleurissent souvent en Loire.
Des drapeaux bretons fleurissent souvent en Loire. — FRED TANNEAU / AFP
  • Le 25 juillet, le FC Nantes n’a pas signé la charte pour renforcer les animations et l’image des derbys bretons.
  • Le club nantais, qui ne souhaite pas communiquer officiellement sur un sujet sensible et politique, aurait reçu des « mises en garde », selon un proche du dossier.

Le Bro gozh ma zadoù ne retentira pas mercredi soir à la Beaujoire. Non, l’hymne breton ne sera pas joué et entonné avant le derby FC Nantes-Rennes. Pourquoi ? Tout simplement parce que le club nantais n’a pas signé « la charte pour la mise en place d’un protocole commun lors des derbys de football entre les équipes professionnelles de Brest, Guingamp, Lorient, Nantes et Rennes ». Attendus le 25 juillet à Vannes pour apposer sa signature et s’engager à organiser « un protocole commun » avant chaque derby breton, les dirigeants du FC Nantes se sont décommandés au dernier moment. Le FCN était le seul absent, il s’est donc fait remarquer.

Le club nantais échangeait pourtant par mail depuis plusieurs semaines. Il avait pris une part active dans l’élaboration de cette charte. Laquelle émane d’une « idée du monde du foot », selon Jacques-Yves Le Touze, président de Bro Gozh, une association à l’initiative du document. Oui, mais voilà, « le sujet était trop polémique et le FCN ne voulait pas se retrouver au cœur du débat et être instrumentalisé », explique un proche du dossier. Un débat politique qui dure depuis des décennies. Un débat identitaire sans fin. « Un sujet hyper touchy », glisse-t-on du côté du FCN, qui n’a jamais réagi officiellement.

Des « mises en garde » reçues par le FCN

En réalité, juste avant la signature, le club nantais a reçu quelques messages. « Pas des pressions, mais des mises en garde », souffle-t-on au FCN. La région Pays de la Loire, qui n’a pas répondu à nos sollicitations, a fait partie de ces « lobbies ». Des partenaires aussi. Les réseaux sociaux n’ont pas non plus rassuré la direction du FCN. Le club aurait même reçu de nombreux messages de fans menaçant de ne plus mettre les pieds à la Beaujoire s’il signait cette charte.

Le sujet hyper clivant a effrayé la direction nantaise au grand dam de certains supporters – notamment de la tribune Loire – favorables au rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne. « Je n’ai aucune déclaration à faire à ce sujet », lâche Jacques-Yves Le Touze, qui a assisté aux différentes animations lors des deux premiers derbys bretons de la saison (Lorient-Guingamp en L2 et Brest-Rennes en L1).

Des animations estampillées Bretagne mercredi soir… à l’extérieur du stade

Le FC Nantes, qui depuis des années communique avant FCN-SRFC sur le fameux « derby breton », n’exclurait néanmoins pas de signer cette charte un jour. Mercredi soir, des animations (stands de l’agence culturelle bretonne, de produits locaux, présence de musiciens traditionnels bretons, drapeaux distribués, etc.) estampillées  Bretagne auront d’ailleurs lieu derrière la tribune Erdre dans la « fan-zone ». L’hymne breton pourrait donc bien résonner mercredi soir à la Beaujoire, mais pas dans l’enceinte du stade.