Angers : Dans l’affaire des fumigènes lancés par les fans nantais, la LFP patauge

FOOTBALL Le samedi 16 mars, le match Angers-Amiens avait dû être interrompu car des supporters nantais avaient projeté des fusées éclairantes sur la pelouse du stade Raymond-Kopa

David Phelippeau

— 

La Brigade Loire, groupe ultra supportant le FC Nantes, a perturbé le match de Ligue 1 Angers-Amiens en jetant des fusées éclairantes pour fêter ses 20 ans.
La Brigade Loire, groupe ultra supportant le FC Nantes, a perturbé le match de Ligue 1 Angers-Amiens en jetant des fusées éclairantes pour fêter ses 20 ans. — Sebastien SALOM-GOMIS / AFP

Cette affaire, c’est une histoire de rétropédalage. Petit rappel, le samedi 16 mars, une cinquantaine de membres se revendiquant de la Brigade Loire – interdits au dernier moment de déplacement à Reims – s’étaient invités au stade Raymond-Kopa pour Angers-Amiens, pour fêter les 20 ans du groupe de supporters nantais. Des banderoles avaient été déployées et des engins pyrotechniques lancés sur la pelouse en plein match.

Rétropédalage de la LFP

Mais qui doit payer l’amende ? Le 27 mars, la commission de discipline de la LFP condamnait Angers Sco à 15.000 € d’amende dont 10.000 avec sursis. Puis, on apprenait très vite que l’instance allait suspendre cette sanction en attendant que l’enquête soit davantage avancée.

Aussi, à l’issue de la Commission de discipline de mercredi soir, la LFP annonçait dans son procès-verbal que l’affaire était classée sans suite « compte tenu des mesures tangibles prises par le club », rapporte Ouest-France de ce jeudi.

Rebondissement ce jeudi matin, il s’agirait d’une erreur de la part de l’instance du football français. Une nouvelle décision est attendue la semaine prochaine, « sauf si le SCO demande un nouveau report, en attendant que l’enquête soit conclue », indique Ouest-France. La suite au prochain épisode donc.