VIDEO. Nîmes-Rennes: L’Europe s’éloigne pour le Stade Rennais

FOOTBALL Les Bretons se sont inclinés 3-1 aux Costières ce mardi, en match en retard, et rétrogradent à la 11e place

Manuel Pavard

— 

A l'image du Gabonais Denis Bouanga, auteur d'un superbe but après la reprise, les Nîmois ont étouffé le Stade Rennais.
A l'image du Gabonais Denis Bouanga, auteur d'un superbe but après la reprise, les Nîmois ont étouffé le Stade Rennais. — P. Guyot / AFP
  • Le Stade Rennais s'est incliné 3-1 à Nîmes ce mardi, en match en retard de la 27e journée.
  • Rennes recule à la 11e place et voit les places européennes s'éloigner.
  • Les Bretons doivent maintenant tout miser sur la finale de la Coupe de France pour espérer se qualifier pour la Ligue Europa.

Avant le coup d’envoi de ce match en retard comptant pour la 27e journée, les données étaient claires pour le Stade Rennais. Actuellement au ralenti en L1 avec deux points pris sur les trois dernières journées – dont un nul frustrant concédé dans les arrêts de jeu, samedi,  à Angers -, les Bretons devaient absolument s’imposer à Nîmes pour rester dans la course à la Ligue Europa. Mais en s’inclinant logiquement aux Costières (3-1) ce mardi, les Rouge et Noir ont sans doute dit adieu à leurs rêves européens… du moins via le championnat.

Des Crocos plus mordants

A l'aller, le Nîmes Olympique avait sombré au Roazhon Park, défait 4-0. Mais un déplacement aux Costières n’est jamais une partie de plaisir – l’OM ou le PSG peuvent en témoigner. Plus entreprenants et même enthousiasmants par séquences, les Crocodiles ont progressivement pris l’ascendant, laissant volontiers la possession au Stade Rennais pour se projeter très vite vers l’avant. Une stratégie payante puisqu'après deux énormes occasions en contre au quart d’heure de jeu, Nîmes a ouvert le score sur un coup-franc de Savanier repris victorieusement de la tête par Ripart (1-0, 24e).

En confiance, les Crocos n'ont presque jamais lâché leur proie et ni l’égalisation rennaise ni une fin de première période animée, avec une expulsion de chaque côté, n'ont enrayé la machine. Les Gardois ont ainsi inscrit deux bijoux en 2e mi-temps, d’abord sur une superbe demi-volée de Bouanga à l’angle gauche de la surface (2-1, 54e), puis sur un missile de 25 mètres de Bobichon (3-1, 72e). Deux hommes qui ont été parmi les principaux animateurs de la rencontre avec la révélation Téji Savanier, véritable plaque tournante de l'entre-jeu nîmois, et l'international marocain Rachid Alioui, qui a régalé par sa finesse technique.

Des Rennais diminués et émoussés

Grenier, Da Silva, Bensebaini et Zeffane blessés, Sarr et Niang préservés pour éviter un carton jaune synonyme de suspension pour la finale de Coupe de France... Julien Stéphan s’est donné quelques maux de tête pour composer son équipe. Sans surprise, les absences des titulaires ont pesé lourd pour les Rouge et Noir, notamment dans la construction du jeu. Privés de la qualité de passe de Clément Grenier et de la percussion de leurs deux flèches sénégalaises, les Bretons se sont montrés assez inoffensifs, égalisant sur un but contre son camp de Lybohy, pressé par Adrien Hunou (1-1, 40e).

On a pourtant cru un moment que le destin basculait en leur faveur avec l’exclusion du Nîmois Briançon (45e) pour un tacle dangereux sur Ben Arfa, mais l’espoir n’aura duré que deux minutes, le temps de voir Benjamin André rejoindre lui aussi les vestiaires. Expulsé pour deux cartons jaunes évitables - dont un deuxième très sévère -, le capitaine rennais avait d'ailleurs fait preuve jusque-là d'une nervosité inhabituelle. Peu inspirés et visiblement émoussés, les hommes de Julien Stéphan ne sont que très rarement parvenus à mettre en danger Bernardoni après la pause. Equipe française ayant joué le plus de matchs cette saison, le Stade Rennais a ainsi semblé payer l'addition ce mardi.

Tout miser sur la Coupe

Avec cette défaite, Rennes se fait doubler par son adversaire du soir et stagne dans le ventre mou, reculant à la 11e place. Les places européennes paraissent aujourd’hui quasi inaccessibles pour les Rouge et Noir, désormais à 6 points de la 5e place détenue par l’OM, à sept journées de la fin du championnat.

Pour espérer revivre la saison prochaine les frissons de la Ligue Europa, il ne leur reste donc plus qu’une option. Ils devront  tout miser sur la finale de la Coupe de France, le 27 avril. Après avoir offert tant d'émotions à ses supporters au cours des derniers mois, ce serait une juste récompense pour le SRFC. Mais pour cela, il faudra terrasser l'ogre parisien...