VIDEO. Angers-Rennes: «L’art du dribble, c’est l’art de danser»... Ben Arfa remixe son but d'anthologie sur Instagram

FOOTBALL Le meneur de jeu rouge et noir a inscrit un petit bijou lors du nul du Stade Rennais en Anjou (3-3)

Manuel Pavard

— 

Hatem Ben Arfa félicité par ses coéquipiers après son chef-d'oeuvre inscrit à Angers, samedi 6 avril.
Hatem Ben Arfa félicité par ses coéquipiers après son chef-d'oeuvre inscrit à Angers, samedi 6 avril. — S. Salom-Gomis / AFP
  • Hatem Ben Arfa a signé un but de grande classe, samedi soir, lors du nul obtenu à Angers par le Stade Rennais (3-3).
  • Le milieu offensif a mis en scène son but sur fond de rap US dans une vidéo postée ce dimanche sur Instagram.
  • Ce but lui a valu les éloges des entraîneurs rennais et angevin mais aussi d'un certain nombre de joueurs.

Le joueur a toujours été clivant, raillé par les uns pour son individualisme supposé, encensé par les autres pour ses brillants numéros de soliste. Depuis son arrivée à Rennes, Hatem Ben Arfa avait pourtant davantage séduit par son jeu plus collectif et plus épuré que par ses exploits personnels.

View this post on Instagram

L art du dribble c est l art de danser aussi 😀

A post shared by Hatem Ben Arfa (@hatembenarfaofficiel) on

Mais samedi soir, l’enfant terrible du football français a rappelé à tous qu’il restait un dribbleur génial au talent peu commun en L1. On joue la 35e minute au stade Raymond-Kopa et le score est toujours de 0-0 entre le SCO Angers et le Stade Rennais lorsque Ben Arfa récupère le ballon à proximité du rond central. Le meneur de jeu breton va alors se lancer dans une chevauchée fantastique dont il a le secret.

Les superlatifs pleuvent dès le coup de sifflet final

L’ex-Niçois slalome à travers la défense angevine, éliminant successivement trois joueurs du SCO grâce à ses crochets courts, avant de percer plein axe et de servir Mbaye Niang sur le côté droit de la surface. L’ailier sénégalais évite la sortie de Butelle en remettant sans contrôle à Ben Arfa qui reprend le ballon du droit dans le but vide.

Chef-d’œuvre, but d’anthologie, action de classe mondiale, but de l’année, bijou, but « maradonesque » ou « messiesque »… Les superlatifs n’ont pas manqué de pleuvoir dès le coup de sifflet final, éclipsant presque le nul rageant (3-3) concédé dans les arrêts de jeu par le Stade Rennais.

« L’art du dribble, c’est l’art de danser aussi »

Pas peu fier de son coup d’éclat, le joueur n’a d’ailleurs pas boudé son plaisir, faisant lui-même sa promotion sur les réseaux sociaux. Ce dimanche, Hatem Ben Arfa a ainsi posté sur sa page Instagram une vidéo de son but remixée sur fond de rap US et accompagnée de ce commentaire : « l’art du dribble, c’est l’art de danser aussi ».

Si Mehdi Zeffane n’a pu s’empêcher de chambrer son pote, postant un énigmatique « l’art du mensonge », d’autres joueurs, de Presnel Kimpembé à Medhi Benatia en passant par Christopher Nkunku, Gelson Fernandes ou Ricardo Faty ont rivalisé de commentaires admiratifs sur la vidéo Instagram. Jérémy Menez s’est même fendu d’un « merci le magicien » pour saluer son ancien coéquipier de la « génération 87 ».

« Il aurait aussi dribblé le marchand de cacahuètes »

Même topo du côté des deux entraîneurs de la rencontre. Malgré sa déception, Julien Stéphan a fait l’éloge de son milieu offensif. « Le but d’Hatem est extraordinaire dans sa conception individuelle. Il y a tout : du talent, de la subtilité et de l’intelligence », a estimé le coach rennais en conférence de presse.

Mais la palme de la déclaration d’après-match – à égalité avec Ben Arfa – revient sans doute à Stéphane Moulin. « Impressionné », l’entraîneur angevin a osé une métaphore surprenante : « J'ai toujours dit que contre le talent, il n’y a pas grand-chose à faire. Je crois que s’il y avait eu le marchand de cacahuètes sur le terrain, il l’aurait dribblé aussi. »