VIDEO. Nîmes-FC Nantes: En 2009, face aux Crocos, Maréval a inscrit le but le plus rapide de la L2

FOOTBALL L'ex-Nantais n'a pas oublié ce moment surréaliste...

David Phelippeau

— 

Rémi Maréval a couru, couru à perdre haleine après son but...
Rémi Maréval a couru, couru à perdre haleine après son but... — FRANK PERRY / AFP
  • Le FC Nantes se déplace à Nîmes, ce mercredi soir.
  • L’occasion de jeter un coup d’œil sur un moment lunaire intervenu lors d’un Nantes-Nîmes en 2009.
  • L’ex-défenseur des Canaris avait inscrit un but gag après 8 secondes de jeu seulement.

Heureusement pour lui, le réseau social Twitter n’était pas encore aussi populaire que maintenant. Le samedi 26 septembre 2009, Nicolas Puydebois (37 ans) a vécu l’une des pires humiliations pour un gardien de but. « J’ai remporté trois titres de champion de France avec l’OL et joué 4 matchs de Ligue des champions, mais on me parle plus de ce moment-là, avoue, avec le sourire, le portier à la retraite. Oui, ça reste un fait très marquant de ma carrière. Le principal est de marquer l’histoire du foot d’une manière ou d’une autre… »

Coup d’envoi de Nantes-Nîmes, à la Beaujoire, lors de ce samedi après-midi ensoleillé. Jean-Claude Darcheville donne la balle à Monsef Zerka qui transmet à son défenseur Rémi Maréval (2007-2010). La suite, c’est ce dernier qui la raconte. « Je devais contrôler et faire une passe vers mon milieu droit pour qu’il aille provoquer tout de suite le défenseur gauche de Nîmes. Bon, en fait, je n’ai pas contrôlé et j’ai frappé le ballon parce qu’il arrivait tout doucement. Et j’ai surtout dévissé ! »

Puydebois le nez dans ses filets

Maréval (35 ans aujourd’hui), qui joue désormais en R1 à Sarcelles, balance une grande transversale en direction… du but nîmois. Et là, c’est le drame pour Puydebois. Le ballon rebondit et lobe le portier des Crocos avancé jusqu’à son point de penalty. Malgré une course du désespoir pour tenter de sortir le ballon, Puydebois finit le nez dans ses filets. But après 8 secondes de jeu.

A la fin du match, l’ancien gardien de Lyon assume. Il ne se trouve aucune excuse et préfère l’autodérision. « J’avais fait de la com’, lâche-t-il maintenant. J’avais dit en rigolant que je mettrais 10 € dans une caisse à chaque fois que je passais au zapping. J’ai pris ça un peu à la rigolade. » Ce but ne l’a pas ruiné. « Heureusement, mes coéquipiers m’ont vite amnistié. » La vidéo a tourné pourtant en boucle sur Internet et les chaînes de télévision pendant de longues semaines. « Le lendemain soir, j’entends sur M6 la journaliste qui annonce au JT : "Voici le but le plus rapide de l’ouest…" J’ai dit à ma femme d’éteindre la TV car on allait parler de moi. »

La pelouse venait d’être arrosée

Mais, en réalité, Puydebois n’a jamais vraiment expliqué les raisons de sa bourde. « A la fin de mon échauffement, l’entraîneur des gardiens avait l’habitude de m’envoyer de longs ballons. Sauf qu’entre la fin de mon échauffement et le coup d’envoi, la pelouse de la Beaujoire avait été copieusement arrosée [par arrosage automatique]. Le rebond du ballon n’était pas du tout le même quand le match a débuté… La balle a pris beaucoup de vitesse. »

Une version confirmée par le tireur Maréval, aussi l’auteur d’un but incroyable en 2008 contre l’OM. Lequel se souvient avoir mis un temps fou à comprendre qu’il était le buteur. « J’ai compris que j’avais marqué quand j’ai revu les images sur l’écran géant. J’étais persuadé que c’était le gardien qui avait marqué contre son camp. » Non, c’était bien lui. Pour preuve, il détient toujours le record du but le plus rapide de la L2.