FC Nantes-OM: Il est vraiment imprévisible ce FCN version Vahid Halilhodzic

FOOTBALL Giflés (3-0) à Saint-Etienne vendredi, les Canaris ont fait tomber (3-2) l'OM, mercredi soir, à la Beaujoire...

David Phelippeau

— 

La joie des Nantais avec la tribune Loire.
La joie des Nantais avec la tribune Loire. — SEBASTIEN SALOM GOMIS / AFP
  • Le FC Nantes a battu (3-2) de fort belle manière l'OM mercredi soir à la Beaujoire. 
  • Les Canaris, pourtant menés deux fois au score, ont renversé un ténor de la L1.
  • Une «belle réaction» après la claque (3-0) reçue à Saint-Etienne vendredi.

Le match « référence » qu’il appelait de ses vœux, vendredi, dans le chaudron de Saint-Etienne, Vahid Halilhodzic l’aura finalement eu quelques jours plus tard dans une Beaujoire bien garnie et face à l’Olympique de Marseille. Mercredi soir, les Canaris (12es de L1) ont renversé (3-2) l'OM. Les esprits grincheux pourront toujours relativiser en précisant que le niveau actuel de l’Olympique de Marseille n’est pas du tout conforme à ce qu’il devrait être.

Pourtant, Nantes a fait preuve d’un sacré caractère sous une pluie intermittente. Les hommes de Vahid Halilhodzic ont été menés deux fois au score et ils ont pourtant fini par l’emporter au terme d’une partie échevelée. « C’est un peu une victoire référence, estime coach Vahid, qui a passé une grande partie de la rencontre en tribune après son expulsion pour contestation. Je leur avais demandé ça pour grandir. Pour avoir plus d’ambition, il faut gagner contre des équipes comme Marseille. »

Une claque et une série derrière encore ?

Dans la bouche de tous les Canaris, un mot ou plutôt deux : « belle réaction ». Après l’immense loupé de Saint-Etienne (défaite 3-0) vendredi, ils étaient attendus au tournant sur cette rencontre face à l’OM. Surtout par leur entraîneur, très mécontent du revers subi dans le chaudron. « Le coach nous avait demandé d’oublier le dernier match et d’en tirer les leçons », avoue le gardien de but Maxime Dupé, titulaire à la place d’un Ciprian Tatrusanu blessé au dos. Abdoulaye Touré, auteur du deuxième but égalisateur : « C’est le coach qui nous transcende, nous transmet son énergie et on essaie de la mettre sur le terrain. Il a de l’expérience, il a les mots justes. On kiffe. »

« On avait à cœur de montrer que Saint-Étienne était un accident de parcours », lance, de son côté, Valentin Rongier. Toujours selon Maxime Dupé, "pour voir plus haut, il faut enchaîner et faire une série". Début octobre, le FCN avait lourdement chuté (0-3) à Bordeaux avant d’enclencher une jolie passe de 4 succès de rang (dont 1 en Coupe de la Ligue). Nantes a perdu combien déjà à Saint-Etienne vendredi ? 0-3. Et si l’histoire se mettait à bégayer ?