Valenciennes: Partouche a fait une offre pour racheter Valenciennes

FOOTBALL Le patron du groupe français de casinos veut racheter les parts d’Eddy Zdziech, le président actuel, qui a jusqu'à jeudi minuit pour donner une réponse positive ou négative…

François Launay
Les supporters du VAFC ne supportent plus la situation de leur équipe.
Les supporters du VAFC ne supportent plus la situation de leur équipe. — M.Libert / 20 Minutes
  • Le patron du groupe de casinos a transmis une offre de rachat au président actuel Eddy Zdziech. Celui-ci a jusqu’à ce jeudi soir pour donner sa réponse.
  • En cas d’accord, Patrick Partouche deviendra actionnaire majoritaire. Mais rien n’est encore fait.

Au jeu de poker menteur qui se dispute actuellement au VAFC (15e de Ligue 2) Patrick Partouche a fait tapis. Intéressé par le rachat du club du Hainaut, le président du groupe de casinos éponyme, actionnaire minoritaire depuis 2017, vient de faire une offre officielle à Eddy Zdziech.

Actionnaire majoritaire et président du club depuis 2014, le dirigeant du VAFC a annoncé depuis le 15 septembre son intention de vendre le club. Ces derniers temps, il déclarait ne pas encore avoir reçu d’offre. C’est désormais chose faite. Sauf que Partouche a décidé de mettre la pression. Sa proposition ne sera valable que jusqu’à ce jeudi minuit.

« S’il y a un refus, Partouche ne bougera pas du tout »

« Si Eddy Zdziech accepte, ça va aller relativement vite. Il y aura un protocole de vente à rédiger avant que Patrick Partouche ne devienne actionnaire majoritaire du club. Par contre, s’il y a un refus, Partouche ne bougera pas du tout », détaille une source porche du dossier.

Une chose est sûre : le timing n’a pas été choisi au hasard. Avec une fenêtre de trêve internationale et un rendez-vous important devant la DNCG le 23 novembre, Patrick Partouche et ses conseils avaient prévu de faire une offre à ce moment-clé depuis longtemps.

La balle est désormais dans le camp d’Eddy Zdziech clairement mis sous pression avec cet ultimatum fixé à jeudi minuit. Mais qui ne semble plus si pressé de vendre comme il l’a reconnu dans un entretien à La Voix du Nord.

« Il n’y a pas d’urgence »

« Il n’y a pas d’urgence. Le club n’a plus de dettes », assure le président de VA. Dans sa manche, le dirigeant a encore un atout avec des investisseurs brésiliens, venus visiter les installations il y a deux semaines, qui pourraient être intéressés par le rachat.

Une façon de faire monter les enchères ? Une chose est sûre, l’offre faite par Partouche, plébiscitée par les politiques de l’arrondissement, concerne le rachat des parts d’Eddy Zdziech et de trois autres actionnaires du club qui, selon L'Equipe, auraient investi plus de 3,314 millions d’euros.

Reste à savoir si le montant proposé par Partouche, qui pourrait être inférieur à cette somme au vu des différents litiges que le club pourrait avoir à régler aux prud’hommes avec d’ex-salariés, conviendra aux intéressés. Quoi qu’il arrive, que sa réponse soit négative ou positive, c’est Eddy Zdziech qui a les cartes en main au moins jusqu’à ce jeudi soir.