VIDEO. Valenciennes-Lens: «Beaucoup d'enfants étaient en pleurs...» Le patron d'un bar raconte l'attaque des ultras lensois

VIOLENCES Le derby entre Valenciennes et Lens a été émaillé d'incidents notamment l'attaque d'un bar avant le mach par des ultras lensois...

Francois Launay

— 

Les supporters lensois ont détruits plusieurs tables d'un bar valenciennois
Les supporters lensois ont détruits plusieurs tables d'un bar valenciennois — Capture d'écran
  • Le Penalty, bar mythique des supporters valenciennois, a été attaqué avant le match par des ultras lensois.
  • Une quarantaine de chaises, tables et bancs ont été cassés.
  • Réfugiés à l’intérieur, les clients, dont des enfants venus avec leurs parents, ont été traumatisés.

La scène tourne en boucle sur les réseaux sociaux depuis samedi. On y voit des « fans » de Lens s’attaquer à un bar valenciennois juste avant le derby entre les deux équipes remporté par le VAFC (4-2). Les images choquent par la violence et la rapidité avec laquelle les « supporters » saccagent tables et chaises situées devant le Penalty, célèbre bar de supporters valenciennois.

Pourtant, ce samedi 9 novembre, Laurent Alglave, le gérant de l’établissement, pensait passer un après-midi tranquille au vu du dispositif de sécurité mis en place avant le match. Mais tout ne s’est pas passé comme prévu.

Un client de 60 ans blessé

« Vers 13h, les CRS se sont déployés place du Canada (à environ 500 mètres des lieux) pour encadrer des supporters lensois. Pendant un quart d’heure, il n’y a eu aucune force de l’ordre devant chez nous et c’est à ce moment-là que les mecs sont arrivés », raconte le patron de ce bar mythique situé à quelques encablures du stade du Hainaut.

Les mecs en question sont des « supporters de Lens ». En l’espace d’une minute, ils sont une cinquantaine à s’acharner sur le café. Tables ou chaises balancées, tout est bon pour saccager le mobilier. Mais pas seulement. « Il faut savoir qu’ils n’ont pas balancé ces chaises et ces tables sur la vitrine mais bien sûr des personnes situées devant le café. J’ai quand même un client de 60 ans qui a pris un coup de banc sous l’œil. Heureusement, il n’y a pas eu de grands blessés », poursuit Laurent Alglave.

Enfermés dans le bar, les clients ont eu peur

Reste que le traumatisme est bien présent. Car au moment où la scène s’est produite, le café était plein. Environ 80 personnes s’y trouvaient pour boire un verre ou manger un morceau avant ce match programmé un samedi en milieu d’après-midi (15h).

Rapidement enfermés à l’intérieur, les clients ont eu peur en voyant la scène. « C’est un bistrot de supporters mais ça reste familial. Des clients sont venus voir le match avec leurs enfants. Et forcément, beaucoup d’entre eux ont eu peur et étaient en pleurs. », poursuit le gérant.

Si le Penalty était visé, les clients du Café du Stade, situé juste à côté, ont aussi été traumatisés. « Il y a eu beaucoup de désolation et de stress. C’était du grand n’importe quoi. J’ai enfermé les gens parce que ça volait de partout devant le café. J’ai même mis des gens dans ma cuisine », explique Aurélia Bailleux qui tient l’établissement avec son mari.

« En seize ans au café, je n’avais jamais vu ça »

Au final, une quarantaine de pièces (tables, bancs et chaises confondues) ont été cassées dans l’histoire. Et des plaintes contre X pour dégradations volontaires ont été déposées par les gérants des deux cafés concernés.

Gérant du Penalty depuis 2002, Laurent Alglave reconnaît n’avoir jamais vécu ça en 16 ans de carrière. « Même avec les supporters de Marseille, Paris ou Lille, je n’avais jamais vu un truc comme ça ».

Un dispositif de sécurité critiqué

Deux jours après, il reste un sentiment de tristesse mais aussi des interrogations sur le dispositif de sécurité, pourtant imposant, mis en place

« Ils sont arrivés en groupe et ont balancé des fumigènes au cas où ils seraient filmés. On aurait vraiment dit qu’ils avaient une stratégie de guerre. Et tu sens cette violence gratuite. C’est un truc de malade. Mais quand le sous-préfet décide d’accueillir 6.000 Lensois, il faut savoir les gérer. Surtout quand on sait qu’ils sont déjà interdits de déplacement cette saison à Metz et au Havre. Pourtant, c’est la première fois que je vois des supporters adverses se pointer devant le café sans être encadrés par des forces de l’ordre. C’était juste un sketch », regrette le gérant du Penalty.

Un « sketch » que les Lensois devraient payer cher. Au-delà de cette scène, les fans du club sang et or se sont aussi fait remarquer en jetant des sièges sur la pelouse du stade à l’issue du derby perdu chez le voisin. L’image de l’auto-proclamé « meilleur public de France » en a pris un sacré coup samedi à Valenciennes dans un derby que personne n’est près d’oublier et pas forcément pour de bonnes raisons…