FC Nantes: Ce qu'il se cache derrière les déclarations de Waldemar Kita

FOOTBALL Le président Waldemar Kita a présenté lundi à la Jonelière son nouveau coach Miguel Cardoso…

David Phelippeau

— 

Le nouvel entraîneur Miguel Cardoso et le président Waldemar Kita.
Le nouvel entraîneur Miguel Cardoso et le président Waldemar Kita. — D.P. / 20 minutes
  • Lors de la présentation du nouveau coach Miguel Cardoso, lundi, à la Jonelière, Waldemar Kita a fixé la stratégie pour la saison à venir.
  • Le président nantais s'est montré très prudent dans ses différentes déclarations, demandant surtout aux fans de la patience.

Pour une fois, on l’a trouvé très calme. Bavard comme à son habitude, mais sans déclarations tapageuses et sans effet d’annonce. Lundi, lors de la présentation officielle du nouveau coach Miguel Cardoso, Waldemar Kita a fixé la stratégie, justifié son choix de coach, demandé de la patience, montré beaucoup de prudence sur les objectifs ou encore insisté sur l’importance de l’interaction entre le staff pro et la formation. Un discours empreint de belles résolutions. Tour d’horizon des phrases fortes de Waldemar Kita.

« J’ai vu plusieurs candidats, vous le savez. Ça a failli se faire avec un [Jocelyn Gourvennec]. Miguel Cardoso, c’est un choix réfléchi. On s’est vu plusieurs fois. »

Le président Kita a vu au moins à 3 reprises (avant la signature) Miguel Cardoso à Paris. Dès le mois d’avril, ils s’étaient rencontrés… La direction a ensuite discuté avec plusieurs candidats :  Jocelyn Gourvennec, Gerard Lopez ou encore Peter Bosz. Lorsque le dossier Gourvennec - prioritaire dans l’esprit de la direction - a échoué, WK s’est tourné vers Cardoso et… Halilhodzic. Le Portugais a finalement emporté la mise, même si le profil de « coach Vahid » plaisait beaucoup à Waldemar Kita (mais à lui seulement).

« Cardoso peut nous amener une approche différente des jeunes, une autre philosophie de jeu. Maintenant, il faut qu’il mette en pratique tout ce qu’il a dit. C’est bien beau de discuter, mais après, il y a le terrain. »

Lundi, Miguel Cardoso a séduit son auditoire. Il a présenté pêle-mêle sa philosophie de jeu, sa vision du foot et ses convictions sur la formation. Lors des différents entretiens avec la direction, le Portugais avait beaucoup misé sur son discours… Trop peut-être même ? WK aurait un peu sourcillé sur le côté un peu trop « professoral » de Cardoso.

« On a oublié la formation ces dernières années, et surtout l’année dernière. Et je n’ai pas envie que nos jeunes joueurs partent d’ici. »

La saison dernière, Waldemar Kita a beaucoup regretté l’absence de communication entre le coach Claudio Ranieri et le staff de la formation. Le président nantais ne veut pas que cela se reproduise. D’autant que - depuis son arrivée il y a presque 11 ans -, les joueurs du centre ont souvent été des motifs de satisfaction sur le terrain et à la revente (Veretout, Harit etc.), surtout en comparaison avec les éléments venus de l’extérieur.

« Ce qu’on veut, c’est aller plus loin, mais dans le dialogue, et pas avec un entraîneur qui vient et qui nous impose tout. Le FC Nantes, c’est un club, c’est une institution, il faut la respecter. On ne peut pas changer toute une équipe, comme ça, du jour au lendemain. »

Waldemar Kita est et restera le patron du FC Nantes. A travers cette déclaration, le président nantais insinue qu’il ne donnera pas non plus toutes les clés du sportif à Miguel Cardoso… comme il avait pourtant pu le faire lors de la situation d’urgence avec Conceição, mais Nantes était 19e quand le technicien lusitanien est arrivé en décembre 2016. WK doit aussi regretter d’avoir laissé autant de latitude sur le plan sportif à Ranieri (absence de recrutement en janvier décrété par l’Italien), surtout au regard de la fin de la collaboration.

« Parmi les joueurs cadres, il y aura peut-être un ou deux départs, mais pas plus. C’est clair net et précis. Car si on me propose une somme très importante, je ne vais pas non plus refuser. »

Un ou deux départs chez les joueurs cadres ? Fin août, cette phrase pourrait bien faire sourire. Sala, à qui il reste deux ans de contrat, ne sera pas retenu en cas de belle offre. Diego Carlos, que Cardoso s’est mis en tête de garder, fera le forcing pour partir… Un « bras de fer » pourrait débuter très prochainement. Nakoulma est inscrit sur la liste des joueurs sur le départ. Nantes ne devrait pas le laisser partir libre à un an de la fin de son contrat. Quant à Rongier, le président nantais continue à penser que l’entraîneur doit en faire son capitaine. Même si en cas de très grosse offre, la direction réfléchirait sans aucun doute à deux fois.

>> A lire aussi : FC Nantes: Mention très bien avec félicitations du jury pour la première conf' de Cardoso

>> A lire aussi : FC Nantes: Waldemar Kita se dit «dégoûté» par le cambriolage survenu à la Jonelière