OM-Bordeaux: «On construit des parcages pour ne pas les utiliser», constatent les ultras après la nouvelle interdiction de déplacement

FOOTBALL Malgré un nouvel arrêté préfectoral, les Ultramarines devraient se rendre au Vélodrome, dimanche... 

Propos recueillis par Clément Carpentier

— 

Comme à Nantes et Strasbourg, les supporters bordelais doivent faire face à un nouvel arrêté préfectoral pour le match à Marseille.
Comme à Nantes et Strasbourg, les supporters bordelais doivent faire face à un nouvel arrêté préfectoral pour le match à Marseille. — Nicolas Tucat / AFP
  • Comme à Nantes et Strasbourg, les supporters bordelais sont interdits de déplacement à Marseille
  • Les Ultramarines feront tout de même le voyage pour défendre « le foot populaire. »
  • Après les gardes à vue en Alsace, de nouveaux incidents pourraient donc se produire.

Cela risque d’être chaud, ce dimanche soir (21h), au stade Vélodrome. Sur le terrain bien sûr avec l’affrontement entre l’OM et les Girondins de Bordeaux mais aussi en dehors. En effet, les ultras bordelais vont tout de même faire le déplacement à Marseille malgré un nouvel arrêté préfectoral d’interdiction. On pourrait donc assister à de nouveaux incidents comme à Nantes et Strasbourg. Florian Brunet, l’un des leaders des Ultramarines revient sur la situation actuelle pour 20 Minutes. 

>> A lire aussi : Interdiction des tifos dans les stades: «Ils ont qu’à demander à venir en costard-cravate et on se fera chier clairement»

Comment réagissez-vous à cette décision ?

Ce n’est que du mépris envers les supporters. C’est triste. Et surtout, c’est de la provocation. Ils attisent les flammes au lieu de les apaiser. Maintenant, il est trop tard pour annuler. Notre déplacement à Marseille est donc maintenu.

Vous risquez de revivre le même scénario qu’à Strasbourg ?

Tout est prêt depuis des jours. Les bus sont réservés et ça, c’est de l’argent. On ne peut pas et on ne veut pas annuler. Nous allons continuer notre combat pour le foot populaire. Ça aurait été la moindre des choses que de jouer l’apaisement. Mais non, ce n’est possible apparemment de leur part.

>> A lire aussi : FC Nantes: «L'impression d'être le pire des délinquants!», un fan raconte son interdiction de stade

Avez-vous peur de nouveaux incidents ?

Vous savez, nous sommes des dizaines à être menacés d'interdiction de stade, aujourd’hui. Mais ce sont ceux qui nous empêchent de nous déplacer qui créent cette insécurité. Ces arrêtés génèrent plus d’insécurité que de sécurité. Je rappelle que 99 % des déplacements de supporters en France se passent bien. C’est quand même incroyable, on construit des parcages pour ne pas les utiliser !

Que pensez-vous du mouvement de soutien autour de votre situation ?

C’est la preuve qu’on touche quelque chose de vrai. Ce soutien fait plaisir et notamment les prises de position en notre faveur de certaines personnalités du football. On a l’impression de faire un peu réfléchir tout le monde. Il faut qu’on arrive à trouver des compromis. Maintenant à l’image de ce nouvel arrêté, le combat s’annonce long.

>> A lire aussi : OL: Dans le football féminin, pas d’interdiction de stade mais «de tambours et de mégaphones»

Quel message faites-vous passer à votre groupe ?

On sait qu’on n’a pas le droit à l’erreur. Après, il faut arrêter avec les clichés sur les ultras. On est des gens responsables !