OL: Dans le football féminin, pas d’interdiction de stade mais «de tambours et de mégaphones»

SUPPORTERS Les 300 spectateurs lyonnais ont été sérieusement bridés dimanche lors du 8e de finale de Coupe de France contre Toulouse...

Jérémy Laugier

— 

Le groupe des OL Ang’Elles, ici lors d’un match contre l'OM la saison passée au Groupama OL Training Center.
Le groupe des OL Ang’Elles, ici lors d’un match contre l'OM la saison passée au Groupama OL Training Center. — Jérémy Laugier/20 Minutes
  • Depuis plusieurs semaines, la mairie de Décines reçoit des doléances de riverains se plaignant du bruit lors des matchs des Lyonnaises au Groupama OL Training Center.
  • Souhaitant apaiser la situation, l'OL a demandé à ces supporters de l'équipe féminine de désormais venir aux matchs sans percussions, amplis ni mégaphones.

A la veille d’un 8e de finale de Coupe de France contre Toulouse (11-0), les supporters de l’OL féminin ont eu la surprise de recevoir un mail de leur club favori, samedi dernier. « Nous sommes contraints de vous demander de limiter les animations sonores durant les matchs », annonce l’OL, interdisant notamment tambours et percussions, sono-amplis et mégaphones.

Les deux groupes assidus des OL Ang’Elles et du Kop Fenottes 69 (environ 300 supporters au total) se sont pliés à cette interdiction, tout en passant un message via une banderole : « Supporters méprisés : joueuses sanctionnées ». A priori à des années-lumière des problématiques touchant les ultras dans le football masculin, ces passionnés de la bande à Wendie Renard subissent les quelques doléances faites ces dernières semaines par le voisinage du Groupama OL Training Center pour « nuisances sonores ».

« Lancer le ‘‘Ahou’’ sans percussion, c’est juste ridicule »

« On essaie de mettre de la vie autour du football féminin mais on a bien compris qu’on pourrait surtout le faire lors des matchs à l’extérieur, regrette Willy Pasche, l’un des membres des OL Ang’Elles. On ne veut pas embêter les voisins mais lancer le ‘‘Ahou’’ sans percussion, c’est juste ridicule. » C’est après un choc de D1 contre Montpellier (2-1), étrangement programmé le lundi 5 février à 21 h que la mairie de Décines a constaté « un regain de doléances ».

« Quatre riverains évoquaient un bruit intolérable ce soir-là, ce que nous avons fait remonter à l’OL, avec qui nous avons un partenariat fort », précise la commune où s’est installé le club lyonnais à partir de janvier 2016. Aucun riverain ne se plaint par contre des matchs de Ligue1 à l’intérieur du Parc OL, « ni même du concert de Coldplay ».

« L’OL a voulu vite calmer le voisinage »

« Notre stade a été conçu pour retenir au maximum le bruit dans l’enceinte, précise le stadium manager Xavier Pierrot. Pour le Groupama OL Training Center, on a commandé une étude technique afin de trouver des solutions. En attendant, on cherche des compromis avec la ville de Décines et on demande aux supporters de n’utiliser que leurs mains. » Des supporters déjà frustrés de ne pouvoir accéder qu’à un seul entraînement en moyenne par semaine des joueuses de Reynald Pedros.

« On a hâte de partir à Bordeaux ce week-end avec trois minibus car là-bas, ce sera open bar au niveau de l’ambiance, confie Willy Pasche. L’OL a voulu vite calmer le voisinage mais c’est quand même malheureux de ne plus pouvoir faire de bruit à domicile. J’ai vraiment l’impression qu’on ne veut plus de supporters en France. » Liberté pour les ultras ?