FC Nantes: «L'impression d'être le pire des délinquants!», un fan raconte son interdiction de stade

FOOTBALL Patrick*, supporter du FCN, a une interdiction administrative de stade d’un an, il raconte les contraintes les jours de match…

David Phelippeau

— 

Les CRS juste devant les ultras nantais avant la pause en avril 2017 à aen.

Les CRS juste devant les ultras nantais avant la pause en avril 2017 à aen. — M.B

  • En avril dernier, lors de Caen-Nantes, des fans nantais sont allés à d’Ornano alors qu’il y avait une interdiction de déplacement.
  • Certains ont reçu ensuite une interdiction administrative de stade.
  • Patrick*, qui fait partie de ceux-là, explique les faits et son quotidien sans FCN.

Caen-Nantes, dimanche prochain, aura une résonance toute particulière pour Patrick*. Cet ultra du FCN (qui a déjà bravé deux fois des interdictions par le passé) est « IAS » (interdiction administrative de stade) en raison d’un déplacement qu’il a effectué en avril dernier au stade Michel-D’Ornano. Pour ce match-là, la préfecture du Calvados avait pris un arrêté « portant interdiction de stationnement, de circulation sur la voie publique et d’accès au stade Michel-d’Ornano de Caen » pour « toute personne se prévalant de la qualité de supporter du Football Club de Nantes ». Patrick brave l’interdit. Il décide d’aller encourager ses Canaris avec sa copine. Pour 20 Minutes, il raconte la suite.

>> A lire aussi : «J'ai ôté mon maillot du FC Nantes aux WC, un stadier m'a attendue derrière la porte», raconte Charlène

Le contrôle d’identité à Caen. « J’étais placé en tribune latérale avec ma copine jusqu’au coup d’envoi. Nous n’étions pas aux couleurs du FCN, mais dans notre attitude, ça se voyait qu’on soutenait les Canaris. Au coup d’envoi, on nous a demandé de nous rassembler dans une zone au bout de la tribune latérale. Puis, des stadiers nous ont priés de nous mettre dans le parcage visiteur. On nous alors dit : "soit vous sortez du stade et on vous contrôle, soit on utilise la force et on vous contrôle !". On nous a dit que le préfet ne voulait pas nous voir une minute de plus dans le stade. On est sortis à la mi-temps plutôt dans le calme. Les forces de police nous ont pris en photo et ont contrôlé notre identité. On n’a plus eu du tout accès au stade ensuite. En milieu de deuxième période, ils nous ont relâchés. On naviguait seuls autour de l’enceinte alors qu’on était censés constituer un risque de troubles à l’ordre public selon l’arrêté ! J’ai la conviction qu’ils ciblaient les ultras ou des sympathisants d’ultras. D’autres fans nantais avec des maillots jaunes dans le stade n’ont pas été embêtés. »

>> A lire aussi : Au bout du monde, ces expats se réveillent à 4h du matin pour voir jouer les Canaris

La lettre maudite du 9 septembre. « J’ai reçu un premier courrier qui m’indiquait qu’il fallait que j’aille à la préfecture. J’ai été reçu dans le courant de l’été pour la forme. J’ai eu un peu la parole, mais ça n’a pas changé grand-chose. J’ai reconnu avoir bravé un interdit, mais franchement, j’ai expliqué que j’étais au stade avec ma copine sans signes distinctifs du FCN. Le 9 septembre, j’ai reçu le courrier indiquant que j’étais IAS. J’ai un casier judiciaire vierge, mais j’ai deux petits antécédents de supporter [pour introduction de fumigènes pour un]. Cela a pu peser, mais j’aurais eu l’IAS [après Caen] quoi qu’il arrive. Quand je reçois le courrier, je le trouve abusif. Je ressens un sentiment d’injustice. Je n’ai rien fait de mal ce jour-là. Ma copine n’a rien en revanche reçu. »

>> A lire aussi : L’OL officialise la signature de Léo Dubois

Le pointage à chaque match du FCN, une drôle de contrainte. « Je dois pendant un an pointer à chaque match de L1 du FC Nantes au commissariat le plus proche de chez moi. Je le fais à 20 minutes de mon domicile dans une gendarmerie. Je sonne quand j’arrive et il y a une personne d’astreinte qui me fait signer une feuille. J’y vais souvent avec ma petite fille alors que ma femme est au match. J’écoute le match à la radio sur France Bleu Loire Océan sur le trajet de la gendarmerie… Je le vis comme du harcèlement. Il y a quelque temps, j’ai oublié de pointer lors du match Nantes-Monaco, qui avait lieu en semaine. Avec le boulot et ma fille, j’avais l’esprit occupé. Je me suis retrouvé devant le juge et j’ai pris une amende de 400 euros. Le juge n’a rien voulu savoir. Je leur ai pourtant prouvé ma bonne foi et que j’étais chez moi… Le gendarme référent sait que je pointe toujours au même moment à cinq minutes près. Je n’ai pas le droit à l’erreur, j’ai l’impression d’être le pire des délinquants. Certains fans IAS se voient refuser des déplacements pros ou des vacances, moi, non. Je suis allé en novembre à Disneyland, j’ai pu pointer là-bas. Comme je compte partir à l’étranger en vacances bientôt, j’ai dû envoyer un justificatif [facture]. »

>> A lire aussi : «C'est un gâchis, mais je n'ai aucune amertume...», reconnaît Wilfried Moimbé

Un crève-cœur les jours de match. « Ma copine le vit assez mal. Moi aussi. C’est très contraignant. Si j’avais été mêlé à des violences physiques, pourquoi pas, mais là… C’est un crève-cœur car j’ai toujours fait tous les déplacements. Le FCN, c’est un mode de vie pour moi. C’est 7 jours sur 7, 24 heures sur 24. Je suis privé de cette passion. Je loupe des matchs, des ambiances. Je m’ennuie devant ma télé ou mon ordi. L’autre jour, en Coupe de France à Beauvais [il n’est pas obligé de pointer pour la Coupe de France], j’ai fait le déplacement, mais je suis resté dans ma voiture le temps du match. La police nationale m’avait repéré [sur photo], je leur ai assuré que je restais dans ma voiture. Et quand j’ai revu mon gendarme référent, il était au courant que j’étais à Beauvais. On est presque mieux suivis que certains délinquants. »

* Patrick est un prénom d’emprunt