TFC-OL: «L’arbitre a décidé qu’on perdrait»... Certains Toulousains n'ont pas supporté le penalty lyonnais

FOOTBALL L’attaquant de l’OL Mariano Diaz a manifestement plongé pour obtenir le penalty qui amène l’ouverture du score…

Nicolas Stival

— 

Le gardien du TFC Alban Lafont et son capitaine Issa Diop protestent auprès de l'arbitre François Letexier après le penalty sifflé en faveur de l'OL.
Le gardien du TFC Alban Lafont et son capitaine Issa Diop protestent auprès de l'arbitre François Letexier après le penalty sifflé en faveur de l'OL. — R. Gabalda / AFP
  • Pascal Dupraz n’a pas voulu commenter la décision de l’arbitre, François Letexier.
  • Max-Alain Gradel, lui, ne s’est pas gêné.

Pascal Dupraz est resté calme. La défaite du TFC contre l’Olympique lyonnais, mercredi soir (1-2), laisse pourtant son équipe à une très inconfortable 17e place de Ligue 1 à l’issue de la phase aller. Même le penalty a priori imaginaire accordé à Mariano Diaz par l’arbitre François Letexier, qui a amené l’ouverture du score de Nabil Fekir (24e), n’a pas irrité l’entraîneur savoyard, pourtant bouillant d’habitude. « Je n’ai pas envie de dire quoi que ce soit sur l’arbitrage, a-t-il réagi. Je dois me concentrer sur les erreurs que je commets. »

>> A lire aussi : Encore une histoire de penaltys... Un Lyon bien pâle mate des Toulousains à mi-temps

Et tant pis si le match a peut-être basculé sur cette simulation de Mariano Diaz, qui s’est écroulé après avoir effacé Alban Lafont. Le gardien toulousain ne semble pas du tout toucher l’avant-centre dominicain, mais il prend pourtant un carton jaune… Bruno Genesio, après quelques hésitations, a fini par se rendre à l’évidence. « En direct, j’ai l’impression qu’il y a faute, mais a priori il n’y a pas penalty », a reconnu le technicien lyonnais, privé sur suspension de banc de touche et donc relégué dans les tribunes du Stadium.

Les joueurs toulousains, pas payés pour leur rébellion de la seconde mi-temps, se montrent sans surprise encore plus formels. « Je suis juste devant, il n’y a vraiment pas penalty, promet l’arrière gauche Kelvin Amian. Il aurait pu nous en siffler aussi. Il l’a fait, mais trop tard. » Ce « peno » de l’inutile a été transformé par Max-Alain Gradel (90e+5), deux minutes après le but de Rafael qui a plié la rencontre, et juste avant le coup de sifflet final.

Des Violets passés par la zone mixte du Stadium, l’Ivoirien était, de loin, le plus remonté. « L’arbitre a décidé qu’on perdrait ce soir, peste l’attaquant du TFC. C’est incroyable, à ce niveau-là. Et il y a l’arbitre de touche, qui est là… Quand on voit les images, c’est flagrant. On n’avait pas besoin de cela. » Gradel déplore aussi une faute sur lui non sifflée - « on me marche sur le pied » - dans la surface de réparation lyonnaise. Et glisse, au sujet du penalty finalement accordé à Corentin Jean pour une faute de Marçal. « Il [M. Letexier] le donne car il y a 2-0. A 1-0, je ne suis pas sûr que ce soit la même chose. »

L’ancien Stéphanois en appelle même à la FFF au sujet de ce prétendu déséquilibre dans les décisions arbitrales, en fonction du pedigree des équipes. Pourtant, le TFC n’est pas mal loti avec ses six penaltys lors des sept dernières rencontres, dont trois transformés (pour un raté) par Gradel.

>> A lire aussi : Pas but, but, pas but... La Goal Line technology a plombé le match Troyes-Amiens

En tout cas, après sa décision unanimement saluée de refuser un but pourtant validé par la goal line technology lors de Troyes - Amiens (1-0), samedi, le jeune François Letexier (28 ans) a vécu une soirée plus difficile au Stadium.

Les compliments de Jean-Michel Aulas

Mais le Breton peut toujours compter sur le soutien de Jean-Michel Aulas, qui l’avait déjà félicité sur Twitter, quatre jours avant ce TFC - Lyon… « Je confirme que c’est un excellent arbitre », a répété après coup le président de l’OL. Et Mariano Diaz, un buteur redoutable doublé d’un très bon acteur…