VIDEO. Ligue 1: Pas but, but, pas but... La Goal Line technology a plombé le match Troyes-Amiens

FOOTBALL L'arbitre de la rencontre a carrément dû se passer de cette technologie pour la deuxième mi-temps du match...

W.P.

— 

Bug Line Technology
Bug Line Technology — beIN Sports

La Goal Line technology a mal choisi son moment pour déconner. Non pas que Troyes-Amiens ait été le match du siècle, bien qu’à fort enjeu dans la lutte pour le maintien, mais on parle plutôt là de timing. Car la montre de François Letexier a choisi de lui faire des misères quelques jours après l’officialisation de l’utilisation de la VAR (arbitage-vidéo) par la LFP pour la saison à venir.

But, pas but, but, pas but…

On vous refait l’histoire : à 0-0 entre les deux formations en première période, sur une tête du Troyen Suk, le ballon heurte la barre amiénoise et, au vu des images, s’écrase en partie sur la ligne, puis ressort. L’arbitre François Letexier sent sa montre vibrer et n’a d’autre choix que de valider aussitôt le but. Or, la modélisation sur écran indique que le ballon n’a pas franchi la ligne…

S’ensuivent moult palabres au bord du terrain, puis l’arbitre accorde le but. Mais les discussions reprennent et redoublent entre Letexier - qui a au demeurant consulté le quatrième arbitre - les joueurs et les staffs. Finalement, l’arbitre refuse le but, au terme d’une petite dizaine de minutes de grande confusion.

« Nous, on voit tout de suite qu’elle n’est pas dedans, et en plus il y a des télés et on voit marqué "no goal" », a raconté le capitaine amiénois Monconduit, à la pause. Toujours sur beIN Sports, son adversaire Pelé a estimé que cela avait créé « un gros temps d’attente, c’est difficile à digérer ».

GoalControl convoqué par la Ligue lundi

Invité à s’exprimer sur l’incident de samedi soir par L’Equipe, le directeur général exécutif de la LFP, Didier Quillot, ne semblait guère satisfait de ce qu’il a vu du côté du stade de l’Aube, même s’il souligne avant toute chose que « l’équité sportive est sauve puisque l’arbitre a pris la bonne décision ». Avant de se montrer plus sévère.

« Depuis le début de la saison, 177 matchs de Ligue 1 ont été joués et il n’y a eu que deux ou trois bugs. Mais de mon point de vue, ce sont deux ou trois bugs de trop. »

Boum. Clair, net et précis. Quillot précise par ailleurs que le prestataire allemand GoalControl devra rendre des comptes à la Ligue, qui l’a convoqué dès lundi « de façon à ce que l’on sache de façon claire ce qui s’est vraiment passé. Ensuite, on avisera », a tempéré le directeur général exécutif.

On notera que Troyes a fini par battre Amiens sur un but totalement valable de Darbion à la 76e minute.