JO 2016: Promis, les Américains n'empêcheront pas leurs athlètes de participer malgré Zika

VIRUS Le virus inquiète beaucoup à quelques mois des Jeux de Rio...

N.C. avec AFP
— 
Des employées municipales de la ville de Rio distribuent des tee-shirts sur le virus Zika lors du carnaval, le 6 février 2016
Des employées municipales de la ville de Rio distribuent des tee-shirts sur le virus Zika lors du carnaval, le 6 février 2016 — CHRISTOPHE SIMON AFP

Le Comité national olympique américain (Usoc) «n'empêchera pas» ses athlètes de participer aux jeux Olympiques de Rio en août, malgré l'épidémie du virus Zika qui touche actuellement le Brésil, a annoncé lundi un porte-parole de l'Usoc. «L'équipe des États-Unis est impatiente de participer aux Jeux et nous n'avons pas, ne devrions pas et n'empêcheront pas les athlètes de représenter leur pays», a déclaré Patrick Sandusky.

>> A lire aussi: Les manipulations génétiques peuvent-elles venir à bout du virus Zika?

Le porte-parle a expliqué que l'Usoc avait eu des discussions en interne avec les principaux dirigeants du sport américain et les autorités sanitaires américaines (CDC) sur les risques liés aux déplacements dans les zones touchées par le virus Zika. Selon des informations de la presse américaine, l'Usoc avait conseillé aux athlètes de reconsidérer leur participation aux JO. Des révélations «100% inexactes» selon M. Sandusky.

Le Brésil, avec environ 1,5 million de malades, est le pays le plus touché par une épidémie de virus Zika, qui se répand à une vitesse explosive dans la région. Transmis par la piqure de moustiques de type Aedes, Zika est fortement soupçonné d'être la cause de nombreux cas de malformations congénitales chez les nourrissons dont les mères ont été contaminées pendant leur grossesse.

>> A lire aussi: Des mesures plus ou moins folles pour lutter contre le virus

Le gouvernement brésilien a formellement écarté vendredi toute possibilité d'annuler les Jeux (5-21 août) à cause de l'épidémie. Les autorités sanitaires brésiliennes se veulent rassurantes sur les risques de contamination au moment des JO, avec la disparition progressive des moustiques transmetteurs en plein hiver austral.