The Freestyle: Samsung projette en grand et en rond du mur au plafond

HOME CINEMA « 20 Minutes » a pu tester The Freestyle, le pico-projecteur cylindrique de Samsung qui projette ses images dans toutes les directions

Christophe Séfrin
— 
Le projecteur The Freestyle de Samsung, testé par la rédaction de «20 Minutes».
Le projecteur The Freestyle de Samsung, testé par la rédaction de «20 Minutes». — UN TRUC EN PLUS
  • Présenté par Samsung au salon de l’électronique CES de Las Vegas, The Freestyle veut casser les codes de la vidéo projection.
  • Cylindrique, ce pico-projecteur Full HD met en avant son design et sa facilité d’utilisation.
  • Effectivement simple et agréable d’emploi, il lui manque une batterie intégrée et davantage de luminosité pour totalement séduire, d’autant qu'à 990 euros, sans batterie, son prix reste élevé.

Branle-bas de combat au salon de l’électronique CES de Las Vegas. En janvier dernier, Samsung cassait les codes de la vidéoprojection et présentait The Freestyle. Enfin disponible, ce pico-projeteur que « 20 Minutes » a pu tester est effectivement atypique.

Fini le bloc anguleux plus ou moins massif à poser sur une table pour regarder ses programmes au format XXL. Place à un cylindre discret et léger beaucoup plus fun. Mais la qualité de vidéo et audio est-elle au rendez-vous ?

Cylindrique et orientable à 180°

On croirait une grosse lampe. Avec son projecteur The Freestyle, Samsung innove avec un appareil « disruptif », terme consacré en high-tech pour définir un produit qui veut redéfinir les usages. Cylindrique, mesurant 17 cm de hauteur pour moins de 10 cm de diamètre (800 g), The Freestyle est donc unique. Il surprend non seulement par sa forme, mais aussi par sa discrétion. Posé sur notre table de salon pour nos tests, face à un mur blanc, sa présence ne se fait guère remarquer.

Projecteur à LED DLP et Full HD, il a aussi la bonne idée d’être monté sur un support qui lui permet d’être orienté à 180°. Plus la peine de sortir des Livres de Poche de la bibliothèque pour ajuster la hauteur de projection de l’appareil, comme nous l’avons si souvent fait avec d’autres projecteurs ! The Freestyle peut ainsi s’approprier toutes les surfaces : d’un mur vertical à un plafond, en passant par une sous-pente ou un toît, autorisant le visionnage de vidéos même lorsque l’on est au lit !

Inclinable à 180°, The Freestyle permet même de projeter au plafond.
Inclinable à 180°, The Freestyle permet même de projeter au plafond. - SAMSUNG

De quoi mater un épisode supplémentaire de sa série TV juste avant de rejoindre les bras de Morphée. Dommage que son support n’intègre pas de pas de vis, qui aurait permis de le fixer discrètement au mur.

La plupart des plateformes accessibles

Il faut prévoir d’installer le projecteur à 30 cm du support de projection pour obtenir une image de 80 cm de diagonale, et jusqu’à 2,5 mètres pour une image de 2,5 mètres de diagonale. On regrette que le Freestyle n’ait pas de zoom, ce qui aurait évité ces manœuvres.

Connecté en Wifi, le projecteur tourne sous le système d’exploitation Tizen de son constructeur (le même que sur ses téléviseurs). Tout y est : de Netflix à Disney+, en passant par YouTube ou prime video. Il suffit simplement de s’identifier si l’on est abonné à l’une de ses plateformes pour y accéder. La télécommande fournie permet une navigation très fluide. Il y a même des touches d’accès rapide à Netflix, Disney+, prime video et Samsung TVPlus. Alternative : utiliser l’application SmartThings du fabricant qui permet en plus de caster des contenus depuis son smartphone. Un port micro HDMI permet d’accueillir lecteur Blu-Ray ou console de jeux.

Pénombre nécessaire

Sitôt en marche, le Freestyle adapte automatiquement sa mise au point et sa correction de trapèze selon son positionnement face à l’écran. Il n’est donc pas forcément nécessaire de le positionner perpendiculairement face à sa surface de projection pour obtenir une image aux angles bien droits. Le projecteur possède une luminosité de 550 lumens. Et cela se voit… malheureusement.

The Freestyle est un mini projecteur Full HD qui se distingue par son design et son faible encombrement.
The Freestyle est un mini projecteur Full HD qui se distingue par son design et son faible encombrement. - SAMSUNG

Dans une pièce éclairée à la lumière du jour, l’image projetée est fade, comme délavée, malgré des couleurs assez denses. Seuls des projecteurs avec une luminosité minimale de 2.000 lumens peuvent être utilisés en plein jour. Ici, il faut fermer rideaux ou volets et faire la pénombre afin que l’image retrouve des couleurs plus toniques et des contrastes suffisants pour flatter la rétine. Et bien entendu : plus l’on agrandit l’image en reculant le projecteur, plus ce phénomène se fait sentir. Avec, en plus, des pixels de plus en plus visibles.

Ce constat étant fait, il n’y a cependant pas de quoi bouder son plaisir lorsque l’on a fait le noir complet : l’appareil qui ne prétend pas transformer votre salon en salle de cinéma remplit son rôle. On apprécie sa taille réduite et son ergonomie générale. Les possibilités de diffusion sont ici complètes, contrairement à un modèle comme le Screeno U4 de Philips, sans portail pour accéder à du contenu.

Avec un seul haut-parleur situé à l’arrière, le son à la puissance de 5 watts du Freestyle reste correct et parvient à relativement bien couvrir le bruit du ventilateur interne. Il est d’ailleurs possible d’associer au projecteur une enceinte externe. Mais d’autres pico-projecteurs, comme le Halo + de XGIMI, vendu 849 euros, font mieux, avec 10 watts de puissance.

Concept évolutif

The Freestyle risque d’ailleurs de souffrir d’un tarif de vente encore un peu élevé. Nonobstant son étui rigide optionnel vendu 34 euros, l’appareil, lancé à 990 euros, est un peu cher face à ses concurrents, comme le Viewsonic M2 qui s’affiche avec 1.200 lumens (749 euros). Nous avons cependant repéré The Freestyle à 679 euros sur CDiscount. Samsung semble ussi vouloir nous faire payer son concept…

Un accessoire permet au projecteur d'être accroché comme une lampe.
Un accessoire permet au projecteur d'être accroché comme une lampe. - SAMSUNG

Un concept qui pourrait évoluer, puisque le constructeur a imaginé pour son projo un adaptateur qui permet de le fixer sur une classique douille de lampadaire. But : projeter cette fois des images sur une table, ou au sol. L’accessoire n’est pas encore disponible en France, mais on peut le trouver moyennant 99 dollars sur le web… québécois !