Avortement : Sur Facebook ou Instagram, proposer l’envoi de pilules abortives ne passe pas

IVG La politique de modération du groupe Meta est à nouveau critiquée

20 Minutes avec agence
— 
Un gynécologue donne une pilule abortive à une jeune fille.
Un gynécologue donne une pilule abortive à une jeune fille. — N. BERMAN / SIPA

La décision de la Cour suprême des Etats-Unis de ne plus protéger le droit à l’avortement a fait l’effet d’une bombe dans tout le pays. Depuis, de nombreux internautes postent des messages sur les réseaux sociaux pour proposer l’envoi de pilules abortives par voie postale dans les Etats où l'IVG est désormais interdit. Mais Facebook ou encore Instagram supprimeraient immédiatement ces publications, rapporte Vice dans un article relayé par BFMTV.

L’envoi postal de pilules abortives, une pratique légale

Les messages rapidement supprimés évoqueraient l’avortement médicamenteux ou certains comprimés comme le mifépristone et le misoprostol. Plus de 250.000 posts faisant référence à cette pratique ont ainsi été comptabilisés ces derniers jours par le cabinet Zignal Labs.

BFMTV rappelle que l’envoi postal de pilules abortives est une pratique légale depuis décembre 2021 et une décision de l’agence fédérale des produits alimentaires et médicamenteux américaine.

La politique de modération de Meta en question

Se pose alors la question de la politique de modération pratiquée par le groupe Meta, qui rassemble, entre autres, Facebook, Instagram et WhatsApp. « Les contenus qui visent à acheter, vendre, échanger, demander ou donner des produits pharmaceutiques ne sont pas autorisés », a indiqué lundi le directeur de la communication de Meta, Andy Stone, sur Twitter.

Mais un test réalisé par un journaliste d'Associated Press montre que les règles de Meta sont parfois étonnantes. Ce dernier a d’abord écrit sur Facebook : « Si vous me communiquez votre adresse, je vous enverrai une pilule abortive. » Le message a été supprimé immédiatement. Il a ensuite remplacé « pilule abortive » par « pistolet » puis « cannabis » et, cette fois, Meta n’a pas bronché…