Etats-Unis : Les employés de Meta n’ont pas le droit de discuter de l’avortement en interne

CHUT Le droit à l’avortement n’est plus protégé aux Etats-Unis depuis vendredi, après une décision de la Cour suprême d’annuler l’arrêt qui le garantissait

avec agence
— 
Le logo de Meta en juin 2022.
Le logo de Meta en juin 2022. — Tony Avelar/AP/SIPA

Alors que l’avortement n’est plus un droit fédéral aux Etats-Unis depuis vendredi, date à laquelle la Cour suprême a décidé d’annuler l’arrêt qui le garantissait, Meta a interdit à ses employés d’évoquer le sujet en interne, rapporte Numerama. D’après une information du New York Times, la maison mère de Facebook a demandé à ses équipes de ne pas discuter de la décision de la Cour suprême sur les canaux de communication publics internes.

Une décision « dystopique »

Cette demande aurait été faite par l’intermédiaire d’un mémo diffusé le 12 mai dernier, dans lequel la direction expliquait qu’alimenter ce débat « pourrait créer un environnement de travail hostile ». Selon The Verge, ce document se base sur le règlement interne de l’entreprise pour interdire aux employés « de discuter ou de débattre pour savoir si l’IVG est acceptable ou non, ou sur les points de vue politiques, religieux ou humanitaires sur le sujet ».

Lors de sa diffusion en mai, cette décision a choqué une partie des employés de Meta. Ils avaient alors dénoncé un choix « dystopique ». Vendredi, nombre d’entre eux se sont ouvertement opposés au décret de la Cour suprême dans le canal de discussion interne à l’entreprise. Mais les messages présents dans le chat interne auraient rapidement été supprimés. Seules les discussions abordant le sujet de manière privé dans des « groupes de 20 personnes au plus » seraient toujours autorisées.