20 Minutes : Actualités et infos en direct
RECYCLAGETous les smartphones reconditionnés ne se valent pas, selon l’Ademe

Economie circulaire: Tous les smartphones reconditionnés ne se valent pas, selon l’Ademe

RECYCLAGESelon l’Agence de la transition écologique (Ademe), certains smartphones reconditionnés sont plus vertueux que d’autres
L'impact écologique d'un téléphone reconditionné est 8 fois moindre que celui d'un neuf, selon l'Ademe.
L'impact écologique d'un téléphone reconditionné est 8 fois moindre que celui d'un neuf, selon l'Ademe. - iStock/ City Presse / City_presse
Christophe Séfrin

Christophe Séfrin

L'essentiel

  • Près de 3 millions de smartphones reconditionnés ont été achetés par les Français en 2021.
  • Une grosse partie des stocks de ces smartphones de seconde main provient des Etats-Unis ou les consommateurs renouvellent leur portable tous les ans.
  • Selon l’Ademe, la dynamique vertueuse de ce marché sera complète lorsque les reconditionneurs revendront d’abord des produits issus de leur marché.

Derrière les téléviseurs, les smartphones sont, avec les ordinateurs portables et les tablettes, les équipements électroniques ayant le plus gros impact environnemental.

Selon une étude de l’Ademe ( Agence de la transition écologique), 78 % de l’impact carbone de nos équipements numériques seraient ainsi dus à leur fabrication, contre 21 % pour leur phase d’utilisation.

82 kg de matières premières par smartphone

L’Agence de la transition écologique pointe le fait que les smartphones reconditionnés seraient jusqu’à huit fois plus vertueux que les modèles neufs. Les 2,8 millions d’appareils vendus en France en 2020 (et sans doute 3 millions en 2021), correspondent à 229.000 tonnes de matières premières et 70.000 tonnes d’équivalent CO2. L’acquisition d’un tel équipement éviterait l’extraction de 82 kg de matières premières et l’émission de 25 kg de gaz à effet de serre par année d’utilisation, « soit 87 % de moins qu’avec un équipement neuf », précise l’Ademe. De quoi crier « cocorico » ?

Des produits anciens et locaux

Prônant l’allongement de la durée de vie des produits, l’Ademe précise que « le reconditionnement devrait idéalement intervenir à la fin de sa première vie », soit après trois ans d’utilisation minimum. Et il convient de distinguer « reconditionné » et « reconditionné »…

Afin de minimiser les effets environnementaux, l’Ademe préconise ainsi aux spécialistes du secteur de reconditionner au plus près de leur marché, avec des produits issus du même marché. Autre recommandation : optimiser le packaging (masse, volume, matériaux) et mettre en place un SAV qui permettrait de ne pas remplacer les pièces systématiquement mais d’utiliser des pièces de seconde main.

Sujets liés