Conteuses numériques: « Miroir, miroir, laquelle raconte les meilleures histoires? »

HO, HO, HO La rédaction de «20 Minutes» a testé quatre conteuses numériques et vous oriente vers la plus adaptée pour vos enfants

Christophe Séfrin
— 
Cinq conteuses numériques pour Noël au banc d'essai — 20 Minutes
  • Les nouvelles idées de cadeaux de Noël pour les plus jeunes ne manquent pas.
  • Les conteuses numériques ont cette année le vent en poupe et permettent aux enfants âgés de quelques mois jusqu’à 12 ans de laisser vagabonder leur imagination.
  • Vendus de 59 euros à 99 euros, les modèles présentés ont chacun leurs spécificités et répondent à des besoins différents.

« S’il te plaît, raconte-moi une histoire… » Certes, rien ne remplacera jamais le bonheur de la lecture à voix haute d’un adulte à un enfant. Mais désormais, de petits appareils peuvent aussi l’assurer à votre place à travers des récits,  contes et musiques qui rendent l’enfant presque autonome. Ludiques et multiples, les conteuses numériques affluent dans les rayons pour  les fêtes. Il nous est apparu important, face à une offre plurielle, de vous guider dans vos choix. La rédaction de 20 Minutes a ainsi pu tester quatre de ces conteuses et, au fil de leurs pages, déceler leurs atouts et faiblesses.

La plus ludique : Faba

Originale dans sa conception, la conteuse Faba (10 x 10 x 8 cm) sert de support à diverses figurines. Autant de personnages sonores, qui vont déclencher une fois posés sur la boîte la lecture d’histoires ou de chansons (durant 30 à 60 minutes). Il en existe un bon nombre.

Comme ce petit pingouin auquel sont associés des chants de Noël, où cet ourson lesté de berceuses à écouter avant de s’endormir. Existent également Le Petit Chaperon rouge, Le Chat botté, etc. A noter qu’une figurine parmi celles proposées permet de lire des histoires enregistrées depuis un smartphone, mais le transfert du fichier enregistré (via un espace de stockage, puis depuis son ordinateur dans la conteuse) est un peu contraignant. De son côté, l’autonomie de Faba, qui fonctionne sur batterie rechargeable, est de 8 heures environ.

Notre avis : Si une figurine est fournie dans la boîte, chaque personnage supplémentaire est vendu 12,90 euros. Cela permet certes à l’enfant de développer une collection (et au père Noël de Papi, Mamie, Tonton ou Tata de gâter le bibounet !), mais Faba, qui est ainsi évolutif, peut finir par revenir assez cher. Par ailleurs, la qualité sonore de l’appareil n’est pas son fort et mériterait d’être améliorée.

A partir de 59,90 euros (avec un personnage). Dès 18 mois.

La plus éducative : Yoto Player

Personnalisable depuis une application, le lecteur Yoyo Player fait tant office de veilleuse et d’horloge (avec son écran aux gros pixels lumineux), que de réveil, radio, mais aussi de lecteur audio. Cette dernière fonctionnalité reprend le concept des cassettes audio, voire des 45 trs que l’on plaçait jadis dans un manche disques.

Cette fois, ce sont des cartes NFC (vendues de 5,99 euros à 24,99 euros par packs) au format carte de crédit que l’on utilise. Avec chaque carte à introduire dans la fente du lecteur, l’enfant accède à du contenu spécifique. Wifi et Bluetooth, le Yoto Player fonctionne sur batterie avec une autonomie d’une dizaine d’heures. Il se recharge sur sa base par induction.

Notre avis : Complet et très bien conçu, le lecteur Yoto Player offre une grande polyvalence et souplesse d’utilisation. On est séduit par la richesse du contenu proposé, les concepteurs de Yoto ayant vu grand. Contes et comptines, classiques jeunesse, aventures Disney et Pixar, histoires en anglais… forment autant de cartes à collectionner et à écouter. Il existe même une carte sur les soldats de la Première Guerre mondiale, une autre sur les religions… A la fois ludique et éducative, Yoto est notre conteuse préférée. Attention : on peut ne pas adhérer au fait que cet appareil soit Wifi.

99 euros. 24,99 euros la housse de transport résistante. De 2 à 12 ans.

La plus imaginative : Ma Fabrique à Histoires, de Lunii

« Qui sera le héros de ton histoire ? Où ton histoire va-t-elle se passer ? Qui ton héros va-t-il rencontrer ? Et enfin, choisis un objet… » Une fois ces questions posées à l’enfant (qui y répond à l’aide du gros bouton à tourner en façade de l’appareil), ce lecteur lui fabrique une histoire bien à lui.

Quarante-huit combinaisons sont possibles pour autant de récits qui permettent en compagnie de Gaston ou Suzanne de partir à la conquête d’un château, de sauver un loup, ou de… rencontrer une sirène cachée au fond d’une piscine ! Très simple d’emploi, fonctionnant sur batterie (6 à 8 heures d’autonomie), l’appareil qui est fabriqué en France est devenu une référence depuis sa création en 2016.

Notre avis : Bien racontées et illustrées, avec un vrai souci de qualité, les histoires fabriquées permettent de développer l’imaginaire. Pour aller plus loin et faire évoluer la petite boîte magique, le Luniistore permet de télécharger de nouveaux récits (environ 10 euros) parmi des dizaines et des dizaines proposés. Un transfert s’effectuera avec un câble USB depuis un Mac ou un PC, évitant ainsi que l’appareil n’émette des ondes.

59,90 euros. A partir de 3 ans.

La plus résistante : Ocarina, de Gianluca

Prenant la forme d’un gros hochet, le petit lecteur MP3 Ocarina n’émet aucune onde. Son volume sonore est bridé et l’appareil est durable (réparable chez son fabricant italien). Ocarina intègre neuf playlists et quarante-cinq pistes audio.

S’y côtoient des enregistrements de Bach, Beethoven, Debussy et Engel ; des fables, des portraits de génies racontés comme ceux de Titien ou de la chanteuse Oum Kalthoum, des histoires autour de la colère, de la joie, et de la peur ; mais aussi des sons naturels (comme ceux d’une rivière, d’oiseaux). Il est également possible d’enregistrer ses propres histoires et sons, soit directement avec le micro du hochet musical, soit depuis son smartphone, puis de les transférer dans Ocarina par le biais d’un ordinateur. Ocarina se recharge sur secteur et dispose d’une autonomie de 15 heures d’écoute.

Notre avis : On aime l’ergonomie de ce petit objet (en bleu, rouge, jaune ou vert, au choix), agréable en main avec son revêtement en plastique qui résiste aux chocs. Mais toutes les pistes audio proposées ne sont pas en français. Sont mélangés des répertoires hexagonaux, mais aussi italiens, anglais et allemand. Bref, un ménage s’impose en connectant Ocarina à son ordinateur (l’appareil y sera reconnu comme un disque de stockage) ! La possibilité de réaliser des enregistrements sonores directement avec le micro de l’appareil est un plus. Le timer intégré permet de programmer de 5 à 60 minutes pour limiter la durée d’écoute.

90 euros. De 0 à 8 ans.

La plus patrimoniale : Merlin de La Chouette Radio

Développée conjointement par le groupe Bayard et Radio France, la conteuse Merlin est un petit objet (13 x 13 cm) facile à transporter à l’aide de sa grosse poignée. Elle dispose d’un petit écran rond LCD, de touches de lecture et de navigation, ainsi que d’un bouton « Favoris » sous forme de cœur.

Les plus petits auront besoin de l’aude de leurs parents pour la faire fonctionner, les 5 ans et plus seront, eux, autonomies. Embarquant 4h40 de contenu, l’appareil dispose d’une mémoire interne de 4 Go pouvant intégrer jusqu’à 50 heures de récits et musiques. Il se personnalise avec une application qui permet d’accéder à un catalogue de 200 titres. Se rechargeant en USB, Merlin propose une autonomie jusqu’à 10 heures.

Notre avis : Fabriquée en France avec le soutien technique du spécialiste de l’audio Elipson, cette conteuse reste celle qui offre le contenu le plus qualitatif avec des histoires parfaitement illustrées issues des catalogues Bayard ou Milan jeunesse. On retrouve ainsi pêle-mêle : Petit Ours brun, La princesse au petit poids, mais aussi Pierre et le loup, Babar, Jack et le haricot magique… On apprécie la possibilité de contrôle parental, maman et papa pouvant depuis leur application n’autoriser Merlin à lire ses histoires que durant certaines plages horaires.

79,90 euros. De 3 à 10 ans.