Quel est le fond historique des contes de fée?

Décryptage Il était une fois un article sur les histoires merveilleuses et ce qu'elles ont de véridique...

Thierry Weber
— 
Le Chat Botté, conte de Charles Perrault, est une illustration de l'ascension sociale.
Le Chat Botté, conte de Charles Perrault, est une illustration de l'ascension sociale. — M. Evans/Sipa

Et si on vous disait que Barbe bleu a réellement existé? On mentirait, certes. Mais le célèbre tueur en série issu d’un conte de Charles Perrault est souvent comparé au Maréchal Gilles de Rais, compagnon d’armes de Jeanne d’Arc qui n'avait pas la barbe bleue lui, mais reste l'auteur de meurtres multiples. De près ou de loin, certains contes se sont basés sur des faits réels, mais ils s’apparentent plus souvent à la représentation d’une époque qu’ils ne sont tirés d’une histoire vraie.

Comprenez bien, avec le conte il est difficile de vraiment savoir si l’on parle du réel ou non. «Le conte est un langage métaphorique, un récit voilé», définit Anne Defrance, maître de conférences en littérature française. Et pourtant des allusions à des personnages historiques parsèment certains textes. «Grisélidis, une nouvelle de Perrault publiée dans un recueil de contes en vers, parle d’un prince italien, mais il lui donne toutes les caractéristiques de Louis XIV», évoque la chercheuse. La licence poétique lui permet cependant de «régler ses comptes avec le roi», présenté dans le texte comme un misogyne. Rappelons que Perrault, un temps proche du pouvoir a été évincé des hautes sphères et en a gardé, d’après la spécialiste, «une certaine amertume».

Des récits allégoriques

Louis XIV attise visiblement les passions, puisqu’un contemporain de Perrault, Jean de Préchac, «a écrit une version féerique de la vie de Louis XIV», bien plus transparente et surtout beaucoup plus élogieuse à l’égard du monarque. Mais ces textes font plutôt figure d’exception. L’auteur de Lettre à un jeune conteur, Bruno de La Salle, le rappelle, «les conteurs traditionnels se sont toujours prémunis de raconter la vérité, par prudence. Un portrait de quelqu’un n’est pas le quelqu’un en question».