Les jeunes et la lecture: Pourquoi les livres audio et numériques gagnent des points chez les 15-25 ans

CULTURE Contrairement aux idées reçues, l'étude du Centre national du livre rendue publique ce mardi, montrre que les jeunes adultes lisent...

Delphine Bancaud

— 

Une jeune fille en train de lire un e-book.
Une jeune fille en train de lire un e-book. — Pixabay/Coyote
  • Si le livre papier n’est pas détrôné, les 15-25 ans plébiscitent aussi d’autres façons de lire. Ainsi, 35 % des jeunes adultes lisent des livres numériques et 13 % écoutent des livres audio.
  • Ces supports correspondent bien aux pratiques nomades des jeunes, qui apprécient d’avoir accès immédiatement aux contenus qui les intéressent et n’accordent pas d’importance à la possession du livre comme objet.
  • La facilité d’accès de ces ouvrages et leur faible coût permettent aussi aux 15-25 ans de s’immerger dans des séries qui les passionnent.

Avis aux pessimistes qui pensent que les jeunes ne lisent plus. Non seulement, c’est inexact, mais de plus, les jeunes ont la chance de pouvoir le faire de plusieurs manières : en consultant un ouvrage papier, un e-book ou un livre audio. Selon une étude* du Centre national du livre, confiée à Ipsos et révélée ce mardi, 86 % des 15-25 ans ont lu au moins un livre au cours des 12 derniers mois (la moyenne étant de 13 livres). Et si le format papier reste le principal support de lecture des 15-25 ans (83 %), la lecture de livres numériques concerne aujourd’hui plus du tiers des jeunes adultes et le recours aux livres audio le quart d’entre eux.

Un succès qu’explique aisément Vincent Monadé, président du Centre national du livre : « Ces jeunes étant des digitals natives, le livre numérique est une extension naturelle de leurs pratiques culturelles classiques. Ils le bouquinent sur leur smartphone. Et la forte progression du livre audio s’explique par leur engouement pour les podcasts ou le streaming qu’ils apprécient notamment lors de leurs déplacements en transport en commun ». Mina Bouland, responsable de la commission jeunesse à l' Association des bibliothécaires de France, partage le même avis : « Ces supports correspondent bien aux pratiques nomades des jeunes. Ils aiment par exemple, écouter un livre audio en faisant une autre activité. De plus, alors que leurs parents aiment posséder des ouvrages, les jeunes n’y accordent pas d’importance. Ils veulent juste y avoir accès et rapidement », observe-t-elle.

Ils plébiscitent le fantastique et la science-fiction

Face à cette demande, les éditeurs ne sont pas restés de marbre. Ils ont largement numérisé leur catalogue. Quant aux livres audio, l’offre est en pleine progression. « Les éditeurs sont de plus en plus réactifs pour proposer la version audio d’un ouvrage. Et comme ils sont lus par leurs auteurs ou des comédiens, l’émotion passe », constate Mina Bouland. Des ouvrages que les jeunes achètent sur des sites, des plateformes ou qu’ils téléchargent aussi illégalement sans doute, même si l’étude ne le dit pas. « Et le fait que les livres numériques soient 15 à 30 % moins cher que les exemplaires papier est aussi une clé de leur succès ».

Les bibliothèques municipales ont aussi développé leur offre dans ces deux domaines, en veillant à proposer plusieurs genres littéraires. « Les jeunes ont des goûts éclectiques et lisent une majorité de romans (fantastique, science-fiction, romans policiers…), mais ils sont aussi nombreux à lire des livres illustrés, notamment des mangas et des BD », constate Vincent Monadé. « Ils se passionnent souvent pour une série d’ouvrages dont ils lisent ou consultent plusieurs tomes rapidement avant de passer à autre chose. Avec une prédilection pour les univers fantastiques ou de science-fiction qui les font sortir de leur quotidien », observe Mina Bouland. Leurs amis étant les principaux prescripteurs de lecture, l’effet boule de neige joue à plein dans ce domaine.

Des pratiques qui encouragent « la curiosité littéraire »

Et les vertus de la lecture numérique et de l’écoute d’œuvres sont multiples, selon le président du Centre national du livre : « Le livre audio perpétue le plaisir de se faire raconter une histoire, d’être en contact avec des beaux mots. Et tout comme le livre numérique, il permet d’entretenir la curiosité littéraire des jeunes », explique-t-il. Une activité qui a lieu plutôt le soir avant de se coucher pour six jeunes sur dix. « Cela perpétue le rituel du soir de la lecture qu’ils suivaient déjà avec leurs parents lorsqu’ils étaient petits » constate Mina Bouland.

Pour encourager la lecture, quel que soit le format de l’ouvrage, le ministre de l’Education a d’ailleurs lancé l’opération « Un livre pour les vacances » 2018. Les Fables de La Fontaine, illustrées par Joann Sfar sont actuellement distribuées aux élèves de CM2. Et le livre est aussi disponible sous le format audio sur Eduscol. Le Centre national du livre organise quant à lui, Partir en livre« Dans ce cadre, les jeunes seront notamment invités sur leurs lieux de vacances à découvrir des livres audio », explique Vincent Monadé.

>> A lire aussi : Salon du livre jeunesse: Mon enfant ne lit que des BD, est-ce grave docteur?

>> A lire aussi : Salon du livre: Transmettre le plaisir de lire aux enfants en sept conseils

 

*Etude réalisée par Ipsos en ligne via le pannel Ipsos du 20 Avril au 17 Mai 2018 portant sur 1.(00 jeunes de 15-25 ans représentatifs de cette population.