Coronavirus : Plus de 500 sites propagateurs de fausses nouvelles identifiés

PANDEMIE Les experts de la start-up NewsGuard ont analysé près de 7.000 sites parmi les plus fréquentés dans cinq pays (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Allemagne, Italie). Verdict : 7 % d’entre eux ont diffusé une cinquantaine d’infox

Cl.G.
— 
Vaccination à Paris en juillet 2021 (illustration)
Vaccination à Paris en juillet 2021 (illustration) — ISA HARSIN/SIPA

De fausses informations que la rubrique « Fake Off » de 20 Minutes décortique quotidiennement. La start-up américaine NewsGuard publie, ce mercredi, une enquête sur la mésinformation en ligne liée à l’épidémie de coronavirus, dont nous vous présentons les premiers résultats en exclusivité. Les experts de l’entreprise ont analysé 6.730 sites qui se présentent comme des sites d'information et « dont les articles représentent 95 % de l’engagement en ligne aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, en Allemagne, en France et en Italie ».

Verdict : « 519 ont publié des infox sur le Covid-19, ce qui signifie que plus de 7 % de tous les sites d’actualité les plus populaires publient ces contenus dangereux. » Sur ce total, 339 sites sont américains. La plupart des fausses informations, « aux conséquences potentiellement mortelles », concernent la vaccination et de prétendus traitements, souligne NewsGuard. « Les vaccins à ARN messagers modifient l’ADN », « Le vaccin contre le Covid-19 a rendu infertiles 97 % des personnes vaccinées », les compagnies aériennes « ont conseillé aux personnes ayant reçu le vaccin contre le Covid-19 d’éviter de prendre l’avion en raison d’un risque de formation de caillots sanguins »… Autant d’affirmations démenties par les faits… et les rubriques de fact-checking du monde entier.

Les sites de désinformation plus fréquentés que les sites fiables

Autre constat – alarmant – de NewsGuard : « Les sites relayant de faux traitements et faisant la promotion de fausses allégations sur les dangers des vaccins génèrent souvent beaucoup plus de trafic que les sites globalement fiables. » Par exemple, « un site contrôlé par l’activiste anti-vax Robert F. Kennedy Jr. a suscité plus d’engagement (likes, partages, commentaires) sur les derniers 90 jours que les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies aux Etats-Unis ou que les instituts américains de la santé », pointe la start-up.

L’entreprise – qui commercialise une solution de « publicité responsable dans les médias » – souligne la responsabilité des annonceurs dans le financement des sites propageant de fausses nouvelles : « Les marques dépensent involontairement 2,6 milliards de dollars chaque année en plaçant leurs publicités sur des sites de mésinformation. »

20 secondes de contexte

20 Minutes a été partenaire de NewsGuard dans le cadre de la campagne #VaxFacts, lancée en février 2021 avec le soutien d’autres grands médias comme Time, La Repubblica ou Euronews. Durant plusieurs mois, NewsGuard a ainsi mis gratuitement à disposition du public son service HealthGuard, permettant aux internautes d’évaluer la fiabilité des sites d’informations qu’ils consultent sur des sujets liés à la vaccination ou à la santé.