Un étrange virus présent sur des logiciels piratés empêche ses victimes de se connecter aux sites de téléchargement illégaux

CYBERSECURITE Des chercheurs en cybersécurité ont découvert un nouveau virus informatique à la particularité unique

Etienne Froment pour 20 Minutes
— 
Un virus qui empêche de se connecter aux sites de téléchargement illégaux
Un virus qui empêche de se connecter aux sites de téléchargement illégaux — Geeko

Des chercheurs de Sophos, l’un des spécialistes de la sécurité informatique, ont découvert un curieux nouveau malware qui aurait déjà infecté un nombre impressionnant de machines. Son fonctionnement déroute les spécialistes. Traditionnellement, un virus poursuit un objectif néfaste : récupérer des informations, pirater des comptes, récupérer des fonds,… Mais le virus découvert par les spécialistes de Sophos n’a d’autre mission que de rendre la vie des pirates plus difficile, puisqu’il bloque l’accès à tous les sites de téléchargement illégaux, dont Pirate Bay

Le virus circule sur les plateformes de téléchargement illégales. Il est installé dans des fichiers qui sont téléchargés par les internautes. Notamment, des versions piratées de jeux comme Among Us ou Minecraft, mais aussi des versions piratées de Microsoft Office. Selon les chercheurs, des liens corrompus seraient également abondamment partagés sur la plateforme Discord.

De curieux pirates

Une fois installé, le logiciel bloque l’accès à une liste de sites de piratage. Très peu de signes permettent de l’identifier. Selon les chercheurs qui l’ont découvert, un message d’erreur peut s’afficher au lancement de certains logiciels, appelant l’utilisateur à les réinstaller. Le virus ne ferait a priori pas d’autres dégâts.

L’origine du virus n’est pas connue. La motivation des pirates non plus. « Il est souvent facile de deviner ce qui motive des créateurs de malwares, mais pas avec ce virus » explique Andrew Brandit, l’un des chercheurs qui a découvert ledit virus.

Si la démarche laisse penser à une opération antipiratage, aucune organisation gouvernementale n’utiliserait un outil de piratage pour dénoncer le piratage. Les chercheurs penchent davantage pour une « mauvaise blague » ou une action de sensibilisation menée par des pirates « éthiques ».