Malaisie : Une lycéenne de 17 ans lance un débat sur la culture du viol avec une vidéo TikTok

VIOLENCES SEXISTES « Si vous voulez violer quelqu’un, […] violez les plus de 18 ans », a lancé sur le ton de la blague un professeur malaisien

20 Minutes avec agence

— 

TikTok (illustration).
TikTok (illustration). — konkarampelas/Pixabay

Une vidéo dénonçant la culture du viol, postée le 23 avril dernier sur TikTok par une adolescente en Malaisie, est devenue virale. Au point qu’elle a provoqué un débat d’ampleur nationale sur les violences sexistes et sexuelles.

Dans sa vidéo, la lycéenne de 17 ans rapporte la blague racontée par un de ses professeurs lors d’un cours d’éducation sexuelle, rapporte Courrier International. « Si vous voulez violer quelqu’un, ne violez pas les moins de 18 ans, violez les plus de 18 ans » aurait ainsi déclaré le professeur en blaguant.

Un débat d’ampleur

« Il a vraiment dit ça », témoigne Ain Husniza Saiful Nizam sur TikTok, encore choquée par la scène. « Les filles se sont tues, mais les garçons riaient, parce que c’était "si drôle". » La vidéo a aujourd’hui été vue plus d’1,6 million de fois et a été largement commentée et partagée dans toute l’Asie du Sud-Est.

Elle a permis d’engager le débat sur les violences sexistes et sexuelles, dans un pays où ce sujet est tabou, commente Reuters. L’ampleur des échanges et témoignages a poussé la lycéenne à lancer le hashtag #MakeSchoolASaferPlace (#FaitesDeL’ÉcoleUnLieuPlusSûr).

Des menaces en ligne

Le gouvernement malaisien a annoncé l’ouverture d’une enquête au sujet du professeur incriminé. Au-delà des témoignages reçus par l’adolescente, son père a souligné à Reuters que la parole des adultes s’était aussi libérée. Des professeures ont notamment rapporté publiquement des faits de harcèlement ou de misogynie dans l’exercice de leurs fonctions.

Revers de son combat, la jeune fille a aussi été victime de menaces et de harcèlement. Des camarades et professeurs de son lycée lui ont notamment reproché de ternir l’image de l’établissement. « Il y a tellement d’adultes qui s’opposent à moi, une adolescente de 17 ans, dénonce la lycéenne. Où est votre responsabilité en tant qu’adultes et en tant qu’enseignants ? »