Google supprime les extensions d’Avast pour collecte abusive de données d’utilisateurs

DONNEES Après Opera et Mozilla, c’est au tour de Google de retirer les extensions d’Avast de son navigateur web du fait de collectes abusives de données

Jennifer Mertens pour 20 Minutes

— 

Google supprime les extensions d’Avast pour collecte abusive de données d’utilisateurs
Google supprime les extensions d’Avast pour collecte abusive de données d’utilisateurs — Geeko

Il y a quelques semaines, Wladimir Palant, le créateur d’Adblock, dénonçait Avast et sa filiale AVG pour leurs méthodes intrusives concernant la collecte de données sur leurs utilisateurs. Selon l’intéressé, les extensions des deux antivirus outrepassaient la récolte de données nécessaire à leur fonctionnement. Des révélations qui ont poussé Opera et Mozilla à couper court aux accès des extensions sur leurs navigateurs Web.

Désormais, c’est au tour de Google de se séparer de ces extensions. Parmi les logiciels abusifs, le créateur d’Adblock en a listé 4 ; Avast Online Security, AVG Online Security, Avast SafePrice et AVG SafePrice.

Sur son blog, Wladimir Palant précise que « les données collectées ici vont bien au-delà des sites que vous visitez et de l’historique de vos recherches. Le suivi des identifiants de fenêtre et d’onglet, ainsi que de vos actions, permet à Avast de reconstituer de manière très précise votre comportement de navigation : combien d’onglets sont ouverts, quels sites Web vous visitez et quand, combien de temps vous passez sur une page, sur quoi vous cliquez et quand vous passez à un autre onglet ».

Un bannissement temporaire

Le PDG d’Avast, Ondrej Vlcek, a d’ailleurs expliqué lors d’une interview accordée à Forbes que les données récoltées l’étaient de manière anonyme et pour des raisons techniques, mais aussi commerciales. En effet, Ondrej Vlcek a également précisé que les données récoltées servaient à alimenter les bases de données d’une filiale d’Avast spécialisée dans les études de marketing Web, Jumpshot. Un procédé qui n’est évidemment pas aux goûts de tout le monde. On ne s’attend pas à ce qu’un antivirus ou une extension d’antivirus collecte des données personnelles en dehors de celles nécessaires à son fonctionnement et certainement pas à des fins de marketing.

Comme on peut s’en douter étant donné la popularité d’Avast, ce bannissement n’est que temporaire. Sur Opera et Mozilla, Avast Online Security, AVG Online Security et AVG SafePrice sont déjà de retour sur les stores d’extensions des deux navigateurs Web après avoir mis à jour leurs collectes de données. Les extensions d’Avast devraient logiquement revenir très prochainement sur Chrome.