Publicité : Google condamné à 150 millions d’euros pour abus de position dominante

DECISION Google a déjà fait l’objet de plusieurs sanctions de la Commission européenne pour des pratiques anticoncurrentielles

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration Google.
Illustration Google. — Yichuan Cao/Sipa USA/SIPA

Google a été condamné par l’Autorité de la concurrence à une amende de 150 millions d’euros pour un abus de position dominante sur le marché de la publicité liée aux recherches (Google Ads), a annoncé l’instance française, ce vendredi.

L’Autorité de la concurrence a également réclamé à Google de « clarifier les règles de fonctionnement de sa plateforme publicitaire Google Ads et des procédures de suspension des comptes » de certains annonceurs.

L’Autorité dénonce des règles « à la tête du client »

« C’est la troisième sanction » la plus importante jamais prononcée pour abus de position dominante par l’Autorité de la concurrence, a précisé dans une conférence de presse Isabelle De Silva, la présidente de l’Autorité. « Quand on a de grands pouvoirs, on a de grandes responsabilités », a-t-elle estimé.

« Il est parfaitement légitime qu’un opérateur comme Google ait des règles » d’accès à son service de publicité liées aux recherches, a-t-elle dit. « Mais il faut que ces règles soient claires (…), qu’elles ne soient pas à la tête du client » ou appliquées « de façon erratique », a-t-elle ajouté.

Les mesures prises par Google présentées dans deux mois

« La position dominante de Google est extraordinaire » sur le marché de la publicité liée aux moteurs de recherche, a-t-elle souligné. « On estime cette part de marché entre 90 et 100 %, certains estiment qu’elle est plus proche de 95 % que de 90 % », a-t-elle ajouté.

Le flou sur les règles appliquées par Google​ vis-à-vis des annonceurs « a pu décourager le développement de sites innovants », a souligné l’Autorité de la concurrence dans son communiqué. « Google devra présenter dans les deux mois un rapport détaillant les mesures et procédures qu’elle compte mettre en œuvre pour se conformer aux injonctions », a précisé l’Autorité.