Thanh Nghiem et ses crapauds fous veulent hacker l’avenir

VIS!ONS En 2017, elle rédige avec Cédric Villani « Le Manifeste du crapaud fou : un appel à l’action pour un nouveau monde »

Antoine Magallon

— 

Thanh Nghiem.
Thanh Nghiem. — ESSEC Business School

Tout quitter pour changer le monde avec ses crapauds. Voici comment résumer, au plus court, le parcours de Thanh Nghiem. Cette ingénieure de formation, diplômée de l’école des Mines, a commencé sa carrière dans de grands groupes avant de tout plaquer pour monter ses propres projets et aider les autres à faire de même.

En 2016 elle rédige, avec Cédric Villani entre autres, Le Manifeste des crapauds fous : un appel à l’action pour un nouveau monde (Massot Editions), devenu un livre puis un mouvement. « Les crapauds fous, ce sont ces individus qui “hackent” l’avenir. Guidés par leur seul instinct, ils partent dans des directions absurdes et reviennent ouvrir aux autres les tunnels qu’ils ont trouvés », pouvait-on lire.

Face à ce qu’elle nomme les trois tsunamis (dérèglement climatique, fake news, menaces liées à l’intelligence artificielle), elle propose de s’appuyer sur « des entrepreneurs, des makers, des créatifs », ceux qui font un pas de côté et sur les « talents cachés » pour bousculer le monde. « Notre rôle c’est de proposer des solutions crédibles face aux défis écologiques et sociaux et de contribuer à ce que ce pas de côté ne soit pas un coup d’épée dans l’eau mais une proposition d’alternatives sérieuses à un système qui va dans le mur », nous explique-t-elle. Les crapauds fous ce sont aussi des projets concrets comme Right to Repair, qui offre la possibilité à des individus éloignés de l’emploi de fabriquer et réparer des objets durables.