VIDEO. On a testé BassMe, le caisson de basses portatif pour les jeux, la musique et les films

SUBWOOFER Vivre encore plus passionnément ses jeux vidéo, films et musiques, c’est possible avec BassMe, le petit caisson de basses facile à transporter que « 20 Minutes » a testé

Christophe Séfrin

— 

On a testé BassMe, le caisson de basses portatif pour les jeux, la musique et les films — 20 Minutes
  • Développé grâce au financement participatif par la start-up Studio Duroy de Perpignan, le caisson de basses portatif BassMe est désormais en vente.
  • Lancé à 129 euros, il se porte à l’épaule et transforme la cage thoracique en caisse de résonance, et ce, sans aucun danger.
  • A terme, BassMe pourrait trouver sa place dans les salles de cinéma, les salles de jeux d’arcade mais aussi dans les concerts où les personnes sourdes et malentendantes pourraient profiter de ses effets.

Impossible de ne pas être intrigué par BassMe ! Dévoilé au salon de l’électronique CES de Las Vegas en janvier 2019, ce drôle d’objet qui s’accroche sur l’épaule et se pose sur la cage thoracique n’est autre qu’un caisson de basses portatif. Imaginé par le Studio Duroy (une start-up de Perpignan), BassMe est désormais disponible à la vente à 129 euros.

Caisse de résonance

Son fonctionnement ? Sur batterie (autonomie : 6 heures), BassMe se connecte en Bluetooth ou avec un câble mini-jack 3,5 mm à un smartphone, une tablette, une console de jeux, un casque de réalité virtuelle ou un ordinateur. On peut même lui greffer un téléviseur à l’aide d’un petit dongle Bluetooth (en option, vendu 29 euros).

BassMe surprend immédiatement par les vibrations créées.
BassMe surprend immédiatement par les vibrations créées. - BASSME

L’appareil qui ne pèse que 310 grammes n’est pas un haut-parleur mais dispose d’une épaisse membrane en plastique qui va transmettre des vibrations, même posé par-dessus les vêtements. La cage thoracique de l’utilisateur fait alors office de caisse de résonance. Aucun danger à cela : BassMe est agréé CE et a été contrôlé médicalement. L’appareil peut même être utilisé lorsque l’on porte un pacemaker.

BassMe: 310 grammes et 6 heures d'autonomie.
BassMe: 310 grammes et 6 heures d'autonomie. - BASSME

A l’essai, BassMe étonne immédiatement. Les vibrations qui vont essentiellement reproduire des infrabasses ne sont pas gênantes. Elles se propagent dans le haut du corps sans excès mais participent à une meilleure immersion. Rien de tel qu’un bon gunfight dans un jeu ou une scène d’action dans un film pour en évaluer les effets. Quelques morceaux de musique avec un tempo très appuyé, comme la chanson Makeba de Jain qui nous a notamment servi de démo, créent une sensation encore inédite.

Testé durant un week-end, BassMe s’avère d’autant plus impressionnant lorsque les vibrations sont ponctuelles, créant un effet de surprise. Mais son utilisation doit rester conditionnée à un usage indoor. Même si son autonomie est de six heures, l’utiliser dans la rue pour doper l’écoute de ses playlists musicales n’a guère de sens.

A louer au cinéma

Le studio Duroy a financé son drôle de joujou techno grâce au financement participatif. La start-up se fait un point d’honneur à le fabriquer entièrement dans ses ateliers. Elle va tenter de démocratiser BassMe dans les salles de cinéma et les salles de jeux d’arcade.

Le petit caisson de basses actuellement en test au cinéma.
Le petit caisson de basses actuellement en test au cinéma. - BASS ME

Un test grandeur nature est d’ailleurs en cours au cinéma Méga Castillet de Perpignan où 100 BassMe sont à la disposition du public. A chaque séance, il est possible de louer moyennant 1 euro le petit caisson de basses pour se faire une toile de façon encore plus immersive.

Et l’on pourrait à terme retrouver BassMe dans les salles de concert. Non pour renforcer les basses, généralement bien présentes dans ce type de manifestation, mais pour permettre aux personnes sourdes et malentendantes de ressentir toutes les vibrations du spectacle.