L'iPhone représente désormais moins de 50% des revenus d'Apple

RESULTATS L'entreprise a rassuré Wall Street avec des résultats trimestriels marqués par une diversification de ses revenus  

P.B.

— 

Un Apple Store à Los Angeles (illustration).
Un Apple Store à Los Angeles (illustration). — Richard Vogel/AP/SIPA

Des services et des wearables en hausse, des ventes d’iPhone en baisse : la double tendance a une conséquence majeure pour Apple : pour la première fois depuis 2012, son produit phare a représenté moins de 50 % de son chiffre d’affaires trimestriel, dévoilé mardi. Les investisseurs qui s’inquiétaient de la saturation du marché des smartphones sont donc rassurés, et le titre grimpait de 4 % après clôture, dans la nuit.

Apple a affiché 53,8 milliards de dollars de chiffre d’affaires au troisième trimestre de son exercice décalé (stable sur un an) pour un bénéfice net de 10 milliards (en baisse de 13 % mais supérieur aux attentes de marché). A 26 milliards de dollars, les ventes d'iPhone sont en baisse de 12% sur un an.

Apple moins « iPhone-dépendant »

Ce qui a rassuré Wall Street, c’est que le « pivot » stratégique récemment amorcé semble payer. La branche services (Apple Pay, App Store, iTunes, Apple Music, iCloud) progresse de 15 %, à 11,5 milliards de dollars, et la division wearables (Apple Watch, AirPods), Home et accessoires dépasse désormais les 5 milliards de dollars, soit une hausse de près de 50% sur un an. C’est désormais autant que ce que rapporte l’iPad ou le Mac.

Pour Apple, la diversification des revenus devrait se poursuivre sur la seconde moitié de l’année : l’entreprise doit en effet lancer aux Etats-Unis sa carte de crédit cet été et son service de streaming Apple TV + à l’automne.