«Les Missyclettes»… La campagne de communication de la Fédération de cyclisme jugée sexiste et misogyne

SEXISME Lancée le 15 juillet dernier, cette campagne publicitaire suscite de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux

H. B.

— 

La campagne de communication de la Fédération française de cyclisme fait la part belle aux clichés sexistes.
La campagne de communication de la Fédération française de cyclisme fait la part belle aux clichés sexistes. — Capture d'écran Twitter

Elle est censée promouvoir « l’ambition plan de féminisation du cyclisme » en France. La nouvelle campagne de communication de la Fédération française de cyclisme (FFC) n’est pas du goût de tout le monde. Lancée le 15 juillet dernier, cette campagne publicitaire, qui a pour but de lancer la marque communautaire « Les Missyclettes », suscite de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux.

Sur Twitter, plusieurs internautes ont dénoncé des propos et visuels véhiculant des clichés « sexistes » et « misogynes ». « Sous vos yeux ébahis, la nouvelle campagne de communication à destination des femmes de la@FFCyclisme : les Miss-Cyclettes. Included : du rose, des paillettes, du paternalisme », a tweeté Mathilde Robert, une internaute.

« La femme dans toute sa dimension fragile et combative »

Le dossier de presse, disponible sur le site de la FFC, regorge également de petites pépistes sexistes. « Les Missyclettes reflètent la femme d’aujourd’hui, la jeune fille, de la fillette à la maman, la working girl sensible aux nouvelles tendances, la femme fidèle à la tradition. La femme dans toute sa dimension fragile et combative », est-il inscrit sur la plaquette de promotion, qui utilise notamment comme visuel une image de toutes les princesses Disney.

Il n’en fallait pas plus pour faire réagir les internautes. « On remarquera également l’enfant littéralement au creux de ses mains pour le côté maternel, histoire de bien rappeler que la femme, après tout, est avant tout une matrice ambulante sur deux roues… La validation de ce projet en 2019 me laisse perplexe… », a tweeté un internaute.

« J’ai pas les mots, tellement on touche le fond, là. Tout mon soutien et tous mes encouragements aux filles, demoiselles, femmes, qui utilisent le #vélo, pour le plaisir, le loisir, le sport, le déplacement quotidien, et qu’on voudrait affubler d’une image périmée depuis 100 ans », a écrit un autre internaute.

« Vous trouvez vraiment que votre visuel correspond à la réalité. Elle est pas tellement fragile et quand elle sort des starts, elle fait pas des paillettes ma fille sur son vélo #bmxgirls », a de son côté tweeté une mère de famille, avec une photo de sa fille pratiquant le BMX, casque sur la tête.