Snapchat: Le succès de l’appli de messages anonymes Yolo, propice au cyber-harcèlement, inquiète

RESEAUX SOCIAUX Cette nouvelle application, qui cartonne auprès des jeunes, peut facilement être utilisée à des fins de cyber-harcèlement

H. B.

— 

L’application de messages anonymes Yolo cartonne chez les ados américains.
L’application de messages anonymes Yolo cartonne chez les ados américains. — Capture d'écran Yolo

C’est l’appli n°1 chez les jeunes aux Etats-Unis. Yolo, une application basée sur l’anonymat disponible sur le « Snap Kit » de Snapchat, fait un carton parmi les adolescents américains. Elle s’est classée numéro un des téléchargements sur l’App Store aux États-Unis mais aussi au Royaume-Uni, seulement une semaine après sa sortie.

Ce service permet d’ajouter aux stories Snapchat un sti­cker qui invite les autres utilisateurs à envoyer des commentaires ou questions de manière anonyme. L’auteur de la story choisit ensuite d’y répondre ou non. Un procédé qui rappelle l’appli Sarahah qui avait dû être retirée des téléchargements en ligne début 2018 car elle était utilisée  à des fins de cyber-harcèlement.

« L’anonymat a toujours été le terreau de la haine »

Protect Young Eyes, une association américaine de défense des enfants, tire la sonnette d’alarme. « L’anonymat a toujours été le terreau de la haine et de mauvaises prises de décision de la part des adolescents », a déclaré à la BBC l’association qui s’indigne que Yolo soit accessible à partir de 12 ans.

L'application​ se revendique pourtant comme une appli d’anonymat « plus humaine, plus empathique que celles qui l’ont précédées », insistant sur le fait que son système ne tolère « aucun contenu répréhensible ».

Interviewé par le site TechCrunch, le Français Grégoire Henrion, concepteur de cet outil, ne s’attendait pas à un tel succès. « C’est devenu 100 % viral, c’est fou ! Nous n’en croyons pas nos yeux. » Les équipes de Yolo travailleraient activement à juguler le flot et conserver tous ces nouveaux utilisateurs avec de nouvelles fonctionnalités.