Des «gilets jaunes» miment l'interpellation des lycéens de Mantes-la-Jolie pour dénoncer les violences policières

MANIFESTATION Ce geste est devenu un symbole de la lutte contre la répression policière sur les réseaux sociaux…

H. B.

— 

A genoux, les mains posées sur la tête, de nombreux «gilets jaunes» ont mimé la posture des lycéens interpellés, notamment ici à Nantes.
A genoux, les mains posées sur la tête, de nombreux «gilets jaunes» ont mimé la posture des lycéens interpellés, notamment ici à Nantes. — SEBASTIEN SALOM-GOMIS

A genoux, les mains posées sur la tête. De nombreux « gilets jaunes » ont tenu à apporter leur soutien aux lycéens de Mantes-la-Jolie (Yvelines) interpellés jeudi par des CRS en mimant leur posture samedi lors des manifestations qui se sont déroulées aux quatre coins de la France.

À Paris, à Porte Maillot, sur les Champs-Elysées ou rue de Caumartin, des manifestants ont mimé la scène très controversée de l’interpellation de 151 jeunes, en s’agenouillant les mains sur la tête.

Ce geste, devenu un symbole de la lutte contre la répression policière, a également été mimé par des « gilets jaunes » dans plusieurs autres villes de France, à Nantes, au Puy-en-Velay, ou encore à Foix, où cette posture a été reprise par des « gilets jaunes » devant les grilles de la gendarmerie.

Des dizaines d’enfants et d’adolescents, mains entravées ou sur la tête, encadrés par des policiers, ont été filmés jeudi dernier lors d’une opération d’arrestation massive près d’un lycée de Mantes-la-Jolie (Yvelines). Des vidéos de ces interpellations, diffusées sur les réseaux sociaux, ont suscité indignation et effroi. Dès le lendemain, partout en France, des lycéens ont repris ce même geste pour dénoncer les violences policières.