Miss France 2019: Les réseaux sociaux peuvent-ils influencer l'élection?

CONCOURS DE BEAUTE Même si les internautes ne pourront pas directement voter samedi soir pour leur miss préférée, les réseaux sociaux occupent aujourd’hui une place prépondérante…

Hakima Bounemoura

— 

La photo officielles des trente candidates à Miss France 2019.
La photo officielles des trente candidates à Miss France 2019. — Benjamin Decoin / Sipa
  • Trente candidates défileront ce samedi soir au Zénith de Lille pour tenter de décrocher le titre de Miss France 2019.
  • Les réseaux sociaux apportent une réelle visibilité pour les candidates et occupent aujourd’hui une place prépondérante dans le concours.
  • Miss Tahiti est la miss la plus populaire sur les réseaux sociaux selon Digimind, éditeur de solutions de veille sur le web et les réseaux sociaux.

Le compte à rebours est lancé. Trente candidates issues de la France métropolitaine et des Dom-Tom défileront ce samedi soir au Zénith de Lille pour tenter de décrocher le titre tant convoité de Miss France 2019. La nouvelle reine de beauté sera choisie par le public parmi 12 finalistes présélectionnées par un jury cette année exclusivement féminin. Seul le vote des téléspectateurs sera au final pris en compte pour désigner la grande gagnante et ses quatre dauphines.

Même si les internautes ne pourront pas directement voter pour leur miss préférée, les réseaux sociaux occupent aujourd’hui une place prépondérante dans le concours. Le comité Miss France a d’ailleurs décidé cette année de créer le hashtag #AskMissFrance pour permettre aux internautes de poser leurs questions aux cinq miss finalistes. Facebook, Instagram, YouTube et Twitter apportent une réelle visibilité pour les candidates, mais peuvent-ils réellement influencer l’élection ?

Les followers et comités de soutien peuvent-ils faire basculer le concours ?

Depuis leur sacre régional, toutes les miss ont vu le nombre de leurs followers exploser sur leurs comptes personnels. « Les candidates ont toutes une page Facebook et un compte Instagram public qui se présentent sous la même forme », explique à 20 Minutes Mélissa Gaubert, spécialiste du concours Miss France et administratrice de la page Facebook « En route pour Miss France » suivie par plus de 33.000 abonnés. « Les miss sont surtout très actives sur Instagram. Elles postent des photos, des stories, ça leur permet d’avoir une audience, et ça marche plutôt bien ». Certaines ont d’ailleurs déjà pris une longueur d’avance. Avec plus de 29.000 followers, Miss Tahiti (Vaimalama Chaves) est la miss la plus suivie sur Instagram, juste devant Miss Réunion (Morgane Soucramanien) et Miss Normandie (Anaëlle Chrétien) qui possèdent près de 27.000 abonnés, et Miss Languedoc-Roussillon (Lola Brengues) avec 24.000 followers, les autres étant loin derrière…

De nombreux comités de soutien ont également fleuri ces dernières semaines sur les réseaux sociaux. La plupart ont été créés par des fans ou des proches de certaines candidates. Avoir une communauté d’abonnés et des comités de soutien actifs, est-ce un réel avantage dans la course au vote ? « Beaucoup pensent qu’Instagram ou Facebook oriente le choix des téléspectateurs le soir de l’élection. Mais ça n’a pas vraiment un réel impact car les personnes qui suivent l’actualité des miss sur les réseaux sociaux sont une minorité », précise l’administratrice du site « En route pour Miss France ». « Le soir de l’élection, le nombre de followers n’aura aucune importance, c’est à nous de tout donner », reconnaît Miss Guyane, Laureline Decocq.

La plus populaire sur les réseaux sociaux est-elle la favorite ?

Si le public va devoir attendre samedi soir pour voter par téléphone ou SMS, les internautes semblent avoir déjà fait leur choix. Digimind, éditeur de solutions de veille sur le web et les réseaux sociaux, a mesuré et analysé pour 20 Minutes les conversations tenues autour des 30 prétendantes au titre de « Miss France 2019 » durant une semaine, du 3 au 10 décembre. « Miss France est un événement populaire, il nous semblait important d’en mesurer l’audience digitale », explique Christophe Asselin, content specialist chez Digimind.

C’est une fois de plus Miss Tahiti, Vaimalama Chaves, qui a suscité ces derniers jours le plus de commentaires sur les réseaux sociaux. Avec plus de 6.200 occurrences sur Twitter, YouTube, Instagram, Facebook et autres blogs, elle devance de loin les autres concurrentes. Miss Nord Pas-de-Calais, Annabelle Varane, arrive sans surprise en seconde position, avec plus de 3.000 mentions sur les réseaux sociaux, suivie par Miss Guadeloupe, Ophély Mezino (2.583 mentions), Miss Picardie, Assia Kerim (2.163 mentions) et Miss Provence, Wynona Gueraïni (1.680 mentions). « Les miss issues des "grosses" régions, qui terminent souvent sur le podium, ont généralement plus de followers, c’est le cas pour les Dom-Tom, le Nord Pas-de-Calais, la Provence, l’Aquitaine ou le Languedoc-Roussillon », confirme Mélissa Gaubert.

Les mentions et commentaires sur les Miss France sur les réseaux sociaux du 3 au 10 décembre.
Les mentions et commentaires sur les Miss France sur les réseaux sociaux du 3 au 10 décembre. - Digimind

« Il n’y a pas vraiment de corrélation entre la candidate la plus populaire sur les réseaux sociaux et la gagnante du concours. Les gens qui votent le soir de l’élection ne sont pas ceux qui likent ou commentent les posts Facebook », note Christophe Asselin. « On a toutefois remarqué que la miss la plus populaire sur les réseaux sociaux se retrouve souvent dans le top 5 ».

« On ne peut pas se fier à ces statistiques, elles sont biaisées. Le top 12 est choisi en amont par les membres du jury et les représentants de la société Miss France. Les miss favorites sur les réseaux sociaux ne se retrouvent donc pas forcément dans le peloton de tête », ajoute la spécialiste des miss. Pas sûr que les réseaux sociaux fassent donc réellement pencher la balance. Résultats ce soir…