Il se fait passer pour le jeune homme roux qui «encule la presse» et se fait pourrir sur Twitter

WEB Le jeune homme a par la suite publié un tweet assez déplorable durant l’hommage rendu au policier tué sur les Champs-Élysées…

A.B.

— 

Illustration de l'application Twitter

Illustration de l'application Twitter — Soeren Stache/AP/SIPA

  • Sur Twitter, le jeune homme s’est fait passer pour le Filloniste qui avait scandé : "la presse, on l’encule".
  • Toujours sur le même réseau social, il a posté d’autres messages douteux durant l’hommage rendu à Xavier Jugelé, le policier tué sur les Champs-Elysées.

Tout est parti d’un tweet. Une petite blagounette où il laisse entendre qu’il est le jeune homme aux cheveux roux qui scandait ce dimanche soir « la presse, on l’encule », formule censée exprimer son désarroi après la défaite au premier tour de la présidentielle de François Fillon. « J’avoue qu’un peu j’ai craqué à l’annonce des résultats », a ainsi tweeté Jean-Eudes Gannat ce mardi matin, vidéo à l’appui.

Ça se voulait drôle – chacun en sera juge — et le jeune homme n’a pas tardé à indiquer qu’il n’était pas l’auteur de cet accès de poésie.

Tout en profitant de son quart d’heure de gloire.

Du coup, beaucoup de monde y a cru même si ce n’est pas vrai.

Au passage, l’ex-frontiste Julien Rochedy, lui a adressé quelques tweets amicaux.

>> A lire aussi : Présidentielle: «La presse, on t’encule!», le désamour des soutiens de Fillon pour les médias culmine

Un tweet déplorable lors de l’hommage

S’il n’est donc pas l’auteur de cette « proposition indécente » à la presse, Jean-Eudes Gannat a toutefois signé un tweet assez déplorable ce mardi durant l’hommage national rendu à Xavier Jugelé, durant lequel Etienne Cardiles, le compagnon du policier tué, a prononcé un discours empli d’émotion et de dignité pour saluer la mémoire de celui qui partageait sa vie. « On marche tellement sur la tête qu’un attentat, c’est l’occasion de montrer les bienfaits de l’antiracisme et de l’immigration. #EnMarche », a-t-il ainsi écrit sur le réseau social.

De quoi s’attirer les foudres de twittos, qui ont fustigé les propos de Jean-Eudes Gannat.

Dans le passé, Jean-Eudes Gannat a par ailleurs été à la tête du Front national de la jeunesse du 49, le mouvement des jeunes frontistes du Maine-et-Loire, qui se passe aujourd’hui de ses services.