VIDEO. Etats-Unis: Trump dénonce la désinformation... Et donne une fausse info dans la foulée

DESINTOX Le président s'est fait prendre en flagrant délit en direct lors de sa conférence de presse, ce jeudi...

Philippe Berry

— 

Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, le 16 février 2017.

Donald Trump lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, le 16 février 2017. — P.MARTINEZ/AP/SIPA

C’est un peu l’histoire de l’arroseur arrosé. Après avoir fait le bilan de son premier mois au pouvoir, le président américain a passé l’immense majorité de sa conférence de presse à s’attaquer à la presse, aux fuites et à la désinformation. Et il s’est fait remettre en place par un journaliste de NBC, qui l’a fact-checké en direct.

Tous les articles (de CNN et du New York Times, notamment) affirmant que le renseignement américain a intercepté « des conversations fréquentes » entre son équipe et la Russie pendant la campagne, ce sont « des fakes news », s’énerve le président. « Je n’ai rien à voir avec la Russie », jure-il, attaquant « la malhonnêteté » des journalistes. « Les fuites sont vraies, les infos sont fausses », assure-t-il, sans que l’on comprenne exactement sa logique. Dans la foulée, il revient sur sa victoire avec « 306 voix, la plus large victoire au collège électoral depuis Ronald Reagan », une affirmation qu’il répète à chaque discours.

« Comment les Américains peuvent-ils vous faire confiance ? »

Le journaliste de NBC Peter Alexander l’interpelle un peu plus tard. « Vous avez dit que c’était la plus large victoire, mais le président Barack Obama a obtenu 365 voix », commence-t-il. « Je voulais dire des républicains », interrompt Trump. « Et George H. Bush a obtenu 426 voix », continue le journaliste. « On m’a donné cette information, je ne sais pas, on me l’a donnée, on a gagné avec une grosse marge », bafouille Trump.

« Comment les Américains peuvent-ils vous faire confiance alors que vous donnez vous-même de fausses informations ? » Trump se répète : « Je ne sais pas, on m’a donné cette info. En fait, je l’ai même vue quelque part, mais dans tous les cas, c’était une large victoire, vous n’êtes pas d’accord ? » « Vous êtes le président », répond poliment le journaliste. Qui a été applaudi par de nombreux confrères sur Twitter.

En fait, la victoire de Donald Trump n’est pas vraiment impressionnante. C’est la 11e plus faible marge au collège électoral sur les 54 dernières élections. Et jamais un candidat n’était devenu président en remportant trois millions de voix de moins que son adversaire. Et ceci n’est pas un fait alternatif.