Eddy Merckx a une stèle à son nom dans son quartier d'enfance
Eddy Merckx a une stèle à son nom dans son quartier d'enfance — F.Launay/20 Minutes

CYCLISME

Tour de France 2019: Du fils d'épicier au grand champion... On a marché sur les traces d'Eddy Merckx à Bruxelles

Le plus grand champion cycliste belge, qui fête les 50 ans de sa première victoire dans le Tour de France, a grandi dans une commune de Bruxelles

  • En partant de Bruxelles, le Tour de France a voulu célébrer cette année les 50 ans de la première victoire d’Eddy Merckx sur le Tour de France.
  • Le plus grand champion cycliste de l’histoire a grandi à Woluwe Saint-Pierre, une commune de Bruxelles dans laquelle ses parents tenaient une épicerie.
  • «20 Minutes» est allé y faire un tour, en attendant le départ de l'épreuve samedi. 

De notre envoyé spécial à Bruxelles

Le lieu est devenu pèlerinage pour tous les mordus de vélo. Cent jours avant le départ du Tour de France, un tout petit square a été baptisé du nom d’ Eddy Merckx au beau milieu de la place des Bouvreuils de Woluwe Saint-Pierre, une commune de Bruxelles.

Devant, une stèle en hommage au plus grand champion cycliste belge de tous les temps a été installée avec un rappel de l’immense palmarès du Cannibale. « La dernière fois, ils étaient au moins 50 cyclotouristes à venir se prendre en photo devant la stèle. Ça n’arrête pas en ce moment », reconnaît Suzanne, qui habite juste en face.

Si la fréquentation des lieux est en nette augmentation, c’est qu’il n’y a pas meilleur endroit à Bruxelles pour remonter aux origines d’Eddy Merckx. C’est dans ce quartier cossu qu’a grandi la star mondiale du vélo. Cette commune de la capitale belge (une commune est l’équivalent d’un arrondissement en Belgique) est l’une des plus riches du pays. Peuplée de 42.000 habitants, Wolluwe Saint-Pierre est surtout connue pour avoir abrité pendant près de 30 ans la famille du plus grand champion cycliste belge de tous.

« Les voisins l’appelaient même Eddy Tour de France alors qu’il n’était pas encore connu »

« Ses parents tenaient une épicerie. C’est là qu’il a appris à rouler. Il allait porter les courses des clients à vélo. Il était déjà très rapide. Les voisins l’appelaient même Eddy Tour de France alors qu’il n’était pas encore connu », raconte Benoît Cerexhe, le bourgmestre (maire) de Woluwe Saint-Pierre.

Parmi ces voisins figuraient les parents d’Isabelle Mal. Cette pharmacienne, qui a repris le commerce familial, a grandi à côté de l’épicerie Merckx. « Je me souviens bien de ses parents et de sa mère, une très belle femme toujours coiffée impeccablement. Et quand Eddy courait, l’épicerie était vide parce que les parents suivaient la course à la télé. On savait que ça ne servait à rien d’aller à l’épicerie quand il y avait une course cycliste. Ils étaient très fiers de leur fils », sourit la commerçante.

Eddy Merckx dans l'épicerie familiale
Eddy Merckx dans l'épicerie familiale - F.Launay/20 Minutes

Il a endossé son premier maillot jaune à quelques encablures de chez lui

Une fierté que la commune affiche clairement à quelques heures du départ du Tour de France. Depuis plusieurs semaines, la ville s’est parée de jaune pour célébrer le cinquantième anniversaire de la première victoire du champion local dans le Tour. Tifos géants, tee-shirt jaunes à l’effigie du champion et même… poubelles aux couleurs du Tour de France, tout Woluwe célèbre son Eddy.

Et les animations ne manquent pas avec une grande fête ce week-end au cœur de la ville où passeront les deux premières étapes. Pour les plus nostalgiques, une exposition consacrée au champion local se déroule actuellement à l’hôtel communal. Tous les plus grands exploits du Cannibale y sont rappelés avec une mention particulière faite à son premier maillot jaune.

« Il a endossé son premier maillot jaune du Tour lors d’une étape qui arrivait à Woluwe Saint-Pierre, tout au bout de l’avenue des Mille Mètres. Il a vraiment un lien très fort avec la commune. Une école porte son nom. Il s’est marié à Woluwe, sa fille et ses petits-enfants y habitent encore. Et il va souvent voir son petit-fils jouer au club de hockey-sur-gazon de la commune », poursuit le bourgmestre.

Eddy Merckx ou la belgitude incarnée

Pour la petite histoire, son petit-fils s’appelle Luca Masso, il est né de père argentin et a été sacré champion olympique de hockey en 2016 avec l’Argentine en battant… la Belgique en finale. Une nouvelle page glorieuse d’une riche histoire familiale à laquelle les Belges sont très attachés.

« S’il y a un tel engouement autour d’Eddy Merckx, c’est parce que tout le monde en Belgique est admiratif de ses exploits mais aussi parce qu’il est resté très simple, disponible et accessible. Il représente vraiment le lien entre les deux communautés flamandes et francophones. Il représente parfaitement cette belgitude, ce bon sens belge. C’est un flamand d’origine mais il s’exprime dans un français parfait. Les Belges l’aiment bien aussi pour ça », conclut Benoît Cerexhe.

Pour s’en rendre compte, il suffisait d’entendre l’ovation monstre que le champion de 78 ans a reçue jeudi sur la Grand-Place. Démarrée dans une petite épicerie bruxelloise de quartier, la plus belle histoire belge de tous les temps a conquis les cœurs de tout le royaume.