20 Minutes : Actualités et infos en direct
FOOTBALLDans un San Siro survolté, le PSG se prend les pieds dans le tapis

AC Milan – PSG : Dans un San Siro survolté, Paris se prend les pieds dans le tapis

FOOTBALLEn déplacement à Milan, ce mardi soir, le PSG est tombé face à une équipe milanaise plus accrocheuse et réaliste. Avec deux défaites en quatre matchs, Paris devra batailler pour humer l’air des 8es de finale de Ligue des champions en février
A l'image de son équipe, Kylian Mbappé aura été transparent mardi soir à Milan.
A l'image de son équipe, Kylian Mbappé aura été transparent mardi soir à Milan.  - GABRIEL BOUYS / AFP
Aymeric Le Gall

Aymeric Le Gall

A San Siro,

Censé valider sa montée en puissance après la trempe reçue à Newcastle (4-1) début octobre, le PSG est tombé sur un os, et 80.000 furieux en tribunes, mardi soir, face à l’AC Milan. Mangés dans l’intensité, les Parisiens concèdent là leur deuxième défaite en quatre matchs de Ligue des champions, les deux à l’extérieur, et leur qualif pour les 8es est encore loin d’être assurée.

Il pleut des dollars et des occases à Milan. Dans un stade de San Siro fidèle à sa réputation d’enfer sur terre pour les visiteurs, peu importe que vous soyez le grand Milan des années 1990-2000 ou une équipe moyenne (et à la peine en ce début de saison), comme l’est de celle de Pioli, le public est là pour vous donner des ailes et couper celles de l’adversaire. C’est ce qu’il s’est passé dès le coup d’envoi pour les Parisiens et leur gardien Donnarumma, accueillis par des tombereaux d’insultes et un lancer de faux dollars pour lui faire payer son départ dans le Paris des Qataris, pris à la gorge d’entrée de jeu.

Il aura fallu un peu de maladresse (4e, 6e, 8e) côté Milanais pour éviter le pire, avant que Milan Skriniar, bien trouvé par une déviation de la tête de Marquinhos sur corner, ne climatise temporairement la cathédrale milanaise (0-1, 9e). Oh, pas bien longtemps, trois minutes, le temps pour Leao d’égaliser d’un joli retourné après un premier arrêt de Gigio (12e). A l’arrivée, le score aurait pu (dû) être bien plus gros de part et d’autre à la pause tant les occases ont plu sur les deux buts.

On a un très gros problème en défense ! Si Paris ne fut pas en reste en termes d’occases, à l’image de ce tir de Dembouz sur la barre de Maignan, le problème du PSG ne bouge pas d’un iota depuis le début de saison : il concède beeeeeaucoup trop d’occasions. Et Luis Enrique a beau nous jouer de la mandoline à longueur de conférences de presse, il le sait aussi bien que nous. En plus d’être aussi véloce qu’un paresseux sous antidépresseur, Milan Skriniar est également quelconque dans les duels aériens, ce que Paris paiera dès le retour des vestiaires, avec une tête catapultée par Giroud (50e), qui a remporté son combat avec l’ancien de l’Inter Milan.

Et devant c’est guère mieux… Souvent critiqué, à raison, pour son manque d’efficacité depuis qu’il a revêtu la tunique parisienne, on ne peut pas enlever à Ousmane Dembélé de tenter énormément de choses et de mettre un bordel monstre dans les défenses adverses. Ce mardi, on ne pouvait pas en dire autant de ses compères d’attaque Kylian Mbappé et Randal Kolo Muani. Si le premier va de mieux en mieux d’un point de vue athlétique à mesure que la saison avance, sa prestation à San Siro fut au mieux discrète, au pire préoccupante. Quant à Kolo Muani, le garçon fait peine à voir depuis trop longtemps maintenant.

Sujets liés