20 Minutes : Actualités et infos en direct
FOOTBALLUn triplé de Lacazette et un net succès, enfin le déclic pour l’OL en L1 ?

OL-Toulouse FC : Un triplé de Lacazette et un large succès, enfin le déclic en vue de l’opération maintien ?

FOOTBALLL’Olympique Lyonnais a connu son premier match plein de la saison, ce dimanche en battant Toulouse (3-0) grâce au triplé de son capitaine Alexandre Lacazette. Le genre de tournant qui peut tout changer pour éviter la relégation en Ligue 2
Ligue 1: Le débrief d'OL-Toulouse FC (3-0)
Jérémy Laugier

Jérémy Laugier

L'essentiel

  • L’Olympique Lyonnais a largement battu Toulouse 3-0 ce dimanche, grâce à un triplé de son attaquant Alexandre Lacazette.
  • Ce net succès permet aux joueurs du coach intérimaire Pierre Sage de revenir à seulement trois points du premier non relégable en Ligue 1, à savoir son adversaire du jour le TFC.
  • A l’image de son capitaine et buteur totalement retrouvé, quatre jours après la claque subie à Marseille (3-0), l'horizon semble d’un coup un peu moins sombre côté lyonnais.

Au Parc OL,

Le roi des actions décisives en deux touches dans les six mètres, c’est lui. Alexandre Lacazette a signé un récital de pur buteur, ce dimanche à Décines, pour terrasser le Toulouse Football Club (3-0). Par trois fois sur des coups de pied arrêtés (25e, 29e et 80e), l’attaquant lyonnais a enchaîné à toute vitesse contrôles et reprises imparables dans des mini-espaces, avec maxi-conséquences au classement. Car oui, pour la première fois depuis des plombes, la toujours lanterne rouge de Ligue 1 a vraiment dans sa ligne de mire le premier non relégable (son adversaire du jour), qui n’est plus qu’à trois longueurs (et le barragiste Lorient est à deux points).

Quelques chiffres montrent vite à quel point ce large succès est tout sauf anecdotique : l’OL n’avait plus remporté un match à domicile depuis 196 jours (3-0 contre Reims en mai dernier), et il ne s’agit que de sa deuxième victoire cette saison, après 15 journées de championnat. La symbolique est d’autant plus forte que le détonateur du jour, subitement en pleine confiance, n’avait plus marqué depuis un doublé contre Lorient (3-3) deux mois plus tôt. Comment expliquer une telle métamorphose collective et individuelle par rapport au néant absolu constaté pour l’Olympique Lyonnais d’Alexandre Lacazette quatre jours plus tôt à Marseille (3-0) ?

Totalement retrouvé, Alexandre Lacazette a doublé son nombre de buts cette saison en un après-midi, ce dimanche contre Toulouse.
Totalement retrouvé, Alexandre Lacazette a doublé son nombre de buts cette saison en un après-midi, ce dimanche contre Toulouse. - OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP

« Je donnerai toujours tout pour le club »

« Ces deux derniers mois, j’étais surtout attristé par le fait qu’on perde plutôt que par le fait que je ne marque pas, résume le héros du jour. Les personnes qui me connaissent savent très bien que j’aime ce club et que je donnerai toujours tout pour lui. Les moments où ça ne me réussit pas, ça ne veut pas dire que je l’ai lâché. Ma mission, elle est toujours là. » Alexandre Lacazette a en effet adressé une réponse éclatante à ses détracteurs, et on voit mal comment l’OL pourrait se permettre de se séparer de lui lors du prochain mercato, s’il compte vraiment éviter la Ligue 2.

« Beaucoup de choses ont été dites sur Alex mais personne n’a jamais douté de lui dans l’effectif, assure Maxence Caqueret, lui aussi retrouvé dans l’entrejeu. C’est notre capitaine, c’est notre leader. » Sa rage affichée après chaque coup de griffe ce dimanche rappelait son incroyable quadruplé au printemps dernier, pour renverser Montpellier dans les derniers instants (de 1-4 à 5-4). A des années-lumière donc de son bilan famélique jusque-là cette saison (3 buts en 11 matchs, soit un moins bon ratio que… Jake O’Brien).

« Ça fait plaisir de se sentir aimés »

« C’est un soulagement de pouvoir marquer, d’être utile à l’équipe comme on l’attend de moi », résume l’ancien capitaine d’Arsenal, au moment de recevoir une petite tape amicale de Sidney Govou en pleine interview. S’il indique avoir « senti beaucoup de confiance de [ses] partenaires », Alexandre Lacazette a vite évoqué l’importance de l’entraîneur intérimaire Pierre Sage dans son spectaculaire rebond du jour. Non sans glisser une balle perdue à destination de Fabio Grosso au passage…

« J’ai enfin pu avoir un échange avec mon coach, confie-t-il subtilement. Il a beaucoup parlé avec moi cette semaine et il m’a montré sa confiance. Même si ça faisait un moment que je n’avais pas marqué, il m’a dit qu’il était quand même assez satisfait de mon rôle dans le jeu. Je pense que ça s’est vu sur tous les matchs avec lui : j’essayais de plus participer au jeu comme il me le demandait. Pierre a des consignes claires et un discours assez positif avec nous. Même si on est dans cette situation, ça fait plaisir de se sentir aimés. »

Alexandre Lacazette et tous les joueurs lyonnais ont tenu à spontanément filer célébrer le troisième but avec leur entraîneur intérimaire Pierre Sage, ce dimanche au Parc OL.
Alexandre Lacazette et tous les joueurs lyonnais ont tenu à spontanément filer célébrer le troisième but avec leur entraîneur intérimaire Pierre Sage, ce dimanche au Parc OL. - OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP

Le 5-2-3 payant de Pierre Sage

Après deux défaites à Lens (3-2) et à Marseille (3-0), Pierre Sage a donc débloqué son compteur de points, alors que les noms de Jorge Sampaoli et de Bruno Genesio reviennent avec insistance pour le remplacer sur le banc lyonnais. On saisit vite la connexion qu’il a instaurée avec son capitaine : « On a parlé de plein de choses avec Alexandre, et ça lui a peut-être prouvé l’honnêteté de mes propos et de notre relation. Il est considéré comme un modèle par ses jeunes partenaires. Il restait sur une saison extraordinaire [27 buts en Ligue 1] et celle-ci ne partait pas dans le bon sens. Il montre à tout le monde qu’il reste un super buteur, et ce match met en lumière toute sa malice, toute son intelligence ».

Bien plus cohérent dans le jeu, avec un 5-2-3 comme en deuxième période au Vélodrome, et très efficace sur coups de pied arrêtés, l’OL version Pierre Sage n’a finalement pas la tronche d’un condamné en puissance à la Ligue 2 sur ce qu’il a montré ce dimanche. Et Maxence Caqueret tient à louer l’impact de l’habituel directeur du centre de formation du club, vers qui tout le groupe s’est dirigé pour célébrer le troisième but d’Alexandre Lacazette.

« On est conscients de ne pas faire ce qu’il faut sur le terrain »

« Non, ce n’était peut-être pas un message envoyé à la direction, a souri à ce sujet le milieu lyonnais. Mais c’est sûr qu’on apprécie tous le coach. Il fait du très bon boulot, il a ce rôle de messager qui est hyper important et tout le monde le comprend. On est de tout cœur avec lui. Tactiquement, il a beaucoup de réflexion. Le système a été utile : on avait souvent un joueur de plus sur les côtés. » Cette love story entre le groupe et Pierre Sage, qui tranche avec la froideur de l’ère Fabio Grosso, a donc connu face à un TFC (15e) également malade sa « petite bulle de bonheur », comme l’a formulé l'entraîneur intérimaire. Mais tout le monde est (heureusement) conscient que rien n’a encore été fait pour sortir durablement de cette crise, et que les deux derniers matchs de l’année (à Monaco et contre Nantes) seront « primordiaux ».

« On est toujours à la même position, donc il faut avancer petit à petit et surtout rester humbles, insiste Alexandre Lacazette. Un succès déclic ? Je l’espère mais c’est difficile à dire. Après Lens, on était pas mal dans le jeu, et bim, derrière on perd. Jusqu’à la fin, on va devoir se bagarrer, travailler et y croire. On doit remettre le club là où il devrait être. On est conscients de ne pas faire ce qu’il faut sur le terrain. » »

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Aulas et Textor dans un inattendu rapprochement ?

Anthony Lopes, qui a repoussé un penalty qu’il avait lui-même (bêtement) concédé (à 2-0 à la 45e+2), complète sur Canal + Sport : « On avait tous besoin de cette victoire, les joueurs, la direction, les employés qui dépendent pas mal de nous, et surtout les supporteurs qui nous soutiennent jusqu’au bout. Cette situation est dure mais il faut des mecs à la hauteur pour s’en sortir ». En premier lieu « Alexandre le Grand », comme l’a surnommé la LFP sur les réseaux sociaux, sans qu’on ne sache si ce visuel se trouvait en stand-by dans ses brouillons depuis deux mois.

NOTRE DOSSIER SUR L'OL

Et si finalement, le plus grand miracle provoqué par le tifo « Ave Maria » du virage nord du Parc OL, en cette semaine de Fête des Lumières, n’était ni le triplé d’Alexandre Lacazette, ni ce large succès lyonnais, mais l’inattendu rapprochement entre Jean-Michel Aulas et John Textor en coulisses ? « Avant le match, on les a vus rentrer ensemble dans le vestiaire, raconte à ce propos le capitaine lyonnais. Pour être honnêtes, ça nous a fait plaisir de voir que tout le monde était là pour nous soutenir. » OL you need is love…

Sujets liés