20 Minutes : Actualités et infos en direct
FOOTBALL« Singe », « mange des bananes »… Valencia victime d’insultes racistes

Copa Libertadores : « Singe », « mange des bananes »… L’Equatorien Enner Valencia victime d’insultes racistes

FOOTBALLAprès l’élimination de son club, l’Internacional Porto Alegre, en demi-finale de la Copa Libertadores, l’attaquant Enner Valencia a été la cible d’insultes racistes
L'Internacional a été éliminé par Fluminense.
L'Internacional a été éliminé par Fluminense. - Liamara Polli/AP/SIPA / SIPA
Antoine Huot de Saint Albin

A.H. avec AFP

L’Internacional de Porto Alegre a condamné jeudi des messages à caractère raciste proférées sur les réseaux sociaux contre son attaquant équatorien Enner Valencia, après l’élimination du club en demi-finale de Copa Libertadores. « L’Internacional rejette avec véhémence les attaques racistes dirigées contre son joueur Enner Valencia », a indiqué le club dans un communiqué, ajoutant ne « tolérer aucune discrimination » et « compatir avec le joueur et sa famille ».

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Valencia, qui a notamment passé une partie de sa carrière en Angleterre à West Ham et Everton, a été visé sur les réseaux sociaux, par des supporteurs de l’Internacional, pour avoir manqué deux occasions nettes de buts lors de la demi-finale retour contre Fluminense mercredi. L’Internacional s’était alors inclinée 2-1 (4-3 sur l’ensemble des deux matchs).

Sur X, anciennement Twitter, les insultes se sont multipliées, le joueur étant notamment traité de « singe », invité à « aller manger des bananes ». Dans son communiqué, le club brésilien a ajouté qu’il « portera l’affaire devant les autorités, convaincu que les actes commis sur les réseaux sociaux ne resteront pas impunis ». Au Brésil, les actes racistes sont passibles d’une peine pouvant aller jusqu’à cinq ans de prison.

Sujets liés