20 Minutes : Actualités et infos en direct
FOOTBALLLe ticket Henry-Mbappé peut-il (enfin) rendre les Bleuets sexy ?

Equipe de France Espoirs : Le ticket Henry-Mbappé peut-il (enfin) rendre les Bleuets sexy ?

FOOTBALLAprès une piteuse élimination lors du dernier Euro, les Bleuets nourrissent de nouveaux espoirs avec la nomination lundi de Thierry Henry sur le banc, à un an des JO. En attendant sûrement l’arrivée de Kylian Mbappé
Kylian Mbappé et Thierry Henry en plein show, lors de la cérémonie des Trophées UNFP, le 15 mai 2022.
Kylian Mbappé et Thierry Henry en plein show, lors de la cérémonie des Trophées UNFP, le 15 mai 2022.  - FRANCK FIFE / AFP / AFP
Aymeric Le Gall

Aymeric Le Gall

L'essentiel

  • Après l’éviction de Sylvain Ripoll, l’équipe de France Espoirs se cherchait un sélectionneur capable de redonner du peps à une équipe en manque de résultats.
  • C’est finalement Thierry Henry qui a été choisi par le Comex de la FFF, lundi, au détriment de Sabri Lamouchi.
  • Avec la légende d’Arsenal sur le banc, et possiblement avec Kylian Mbappé en attaque, les Bleuets ont de quoi rêver en grand lors des prochains JO de Paris.

Le cerveau est décidément un organe bien étrange. Il y a quelques semaines, on préparait notre nœud coulant en pleurant devant notre téléviseur après l’élimination de l’équipe de France Espoirs en quart de finale de l'Euro contre l’Ukraine, se jurant que, promis, juré, craché, on ne placerait plus jamais le moindre espoir dans cette sélection. Et voilà qu’aujourd’hui, on se reprend bêtement à rêver de voir les Bleuets avec la médaille d’or autour du cou lors des JO de Paris.

Habituellement moins suivi que le lancer de javelot, dans des Olympiades qui n’ont jamais fait la part belle au football, le tournoi de 2024 risque d’attirer d’autres regards que ceux des seuls fans de Football Manager. Il faut dire qu’après la nomination de Thierry Henry au poste de sélectionneur, en lieu et place de Sylvain Ripoll, 90 kg de moins à la pesée de l’aura et du charisme, et avec la promesse de voir Kylian Mbappé intégrer cette équipe (trois joueurs de plus de 23 ans maximum autorisés par équipe aux JO), il y a de quoi remettre à plus tard nos bonnes résolutions.

Un casting hollywoodien

Un peu à la manière de l’équipe de France féminine, qui a gagné en exposition et en popularité avec la nomination d’Hervé Renard sur le banc, les Bleuets sont devenus dès lundi 21 août à 16h30, date et heure de l’annonce de l’arrivée de « Titi la Légende », beaucoup, beaucoup, beaucoup plus bankable. Avec Henry sur le banc et Mbappé à la baguette, ajoutés à une équipe qui, sur le papier, nous fait des guilis dans le ventre avec ses Barcola, Cherki ou autre Wahi, le potentiel est là, les promesses aussi. Au fond, quel amateur n’a jamais rêvé, le soir, sous sa couette France 98, à cette collab de l’espace entre Thierry Henry et Kylian Mbappé ?

Les deux hommes sont faits du même bois, dotés d’un QI foot hors du commun et d’un charisme à l’avenant. Mais surtout, les deux hommes s’apprécient. A de nombreuses reprises, que ce soit en bord terrain après les matchs du PSG, ou lors de cérémonie de remise de trophées, « Kyks » et « Titi » nous ont souvent gratifiés d’échanges croustillants, où le respect mutuel et la complicité transpiraient de chaque côté. Il y a toujours eu comme un air de filiation entre les deux hommes, de par leur profil sur le terrain et leurs parcours similaire (INF, Monaco, champion du monde très tôt dans leur carrière).

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Ce n’est pas anodin si Mbappé a rendu hommage à son grand frère en rejouant sa célébration fétiche au poteau de corner, avant de la partager sur les réseaux sociaux, accompagnée du message « Big Up Legend ». De son côté, Henry n’est jamais avare en compliments pour celui qu’il appelle parfois « the Big Man », même s’il n’hésite pas à lui en mettre une petite derrière la nuque quand il le faut. Comme ce soir d’octobre 2022 sur le plateau de CBS, Henry avait alors rappelé à un Mbappé en pleine crise de « pivot gang » qu’il n’y avait rien de plus important que « le club » et qu’il n’y avait pas de place pour les caprices si on voulait devenir un grand joueur. Quoi qu’il en soit, cette association Henry-Mbappé nous a déjà totalement « hypés ».

Des jeunes joueurs déjà starisés

Reste à savoir si cette excitation se transformera en feux d’artifice sur le terrain. Et là, il est permis de nourrir quelques doutes. L’histoire récente de l’équipe de France Espoirs nous a appris à ne plus nous fier au potentiel dingue sur le papier (toujours sur ce fichu papier…) de cette équipe, qui prouve d’années en années que l’adage « de grands joueurs ne suffisent pas à faire une grande équipe » n'est peut-être si éclaté que ça. Incapables de se hisser en finale d’un Euro depuis vingt ans ou de passer ne serait-ce qu’un tour aux Jeux olympiques sur la même période, les Bleuets ont pris pour habitude de décevoir.

Les sélectionneurs se sont succédé, les générations plus ou moins dorées aussi, seuls les résultats - décevants, tendance très mauvais - n’ont pas changé. Il faut dire que cette classe d’âge un peu bâtarde, avec des jeunes joueurs déjà starisés dans leur club au quotidien, qui replongent soudainement dans l’anonymat des Espoirs et ses stades désertiques, ne pousse pas au surpassement de soi.

Un pari risqué pour « Titi » ?

Peut-être aussi que l’identité et l’aura des coachs passés par les Espoirs ces dernières années (Domenech, Girard, Mombaerts, Mankowski, Ripoll et même Sagnol, à moindre mesure) ne collent plus avec la nouvelle génération. S’il a un CV de coach moins garni que ses principaux concurrents à la succession de Ripoll (Gourvennec, Lamouchi et Julien Stéphan), Thierry Henry a pour lui des choses qui ne s’achètent pas : un palmarès de maboule en tant que joueur, un charisme évident et une aura de légende. Pour se faire écouter et respecter de la jeune génération, ça aide de nos jours (#VieuxCons).

En privlégieant Henry à Lamouchi dans la dernière ligne droite, la FFF a pris un virage à 180 degrés dans sa politique sportive, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Du reste, elle ne prend pas beaucoup de risques. Celui qui en prend, c’est Henry lui-même. Après deux expériences pour le moins mitigées en tant qu’entraîneur principal, du côté de Monaco et de l’Impact de Montréal, l’ancienne idole d’Highbury joue gros dans cette affaire en termes de « street-cred ». Même si, avec Kylian Mbappé, les risques de plantage sont forcément limités.

Sujets liés