20 Minutes : Actualités et infos en direct
FOOTBALL« Je n’ai rien qui me rattache à Marseille », assure Lucas Hernandez

PSG : Critiqué par les ultras parisiens, Lucas Hernandez assure que rien ne le « rattache à Marseille »

FOOTBALLL’ancien défenseur du Bayern va devoir montrer patte blanche avec les ultras du PSG pour faire oublier ses accointances passées avec l’OM
Paris Saint-Germain's Lucas Hernandez, attends a press conference in Osaka on July 23, 2023. Saudi Arabia's Al-Nassr are in Japan to play friendly matches against France's Paris Saint-Germain and Italy's Inter Milan. (Photo by PAUL MILLER / AFP)
Paris Saint-Germain's Lucas Hernandez, attends a press conference in Osaka on July 23, 2023. Saudi Arabia's Al-Nassr are in Japan to play friendly matches against France's Paris Saint-Germain and Italy's Inter Milan. (Photo by PAUL MILLER / AFP) - AFP / AFP
Aymeric Le Gall

Aymeric Le Gall

Actuellement en tournée au Japon avec le PSG, où il n’a pu faire mieux qu’un nul mercredi contre Al-Nassr, Lucas Hernandez a accordé sa première interview depuis son arrivée en France à nos confrères de L’Equipe. Il est notamment revenu sur les critiques de certains ultras parisiens, dont Romain Mabille, le président du CUP, qui avait prévenu que le natif de Marseille ne serait pas le bienvenu à Paris.

« Cela ne fait pas plaisir, a-t-il admis. Après, je comprends les gens parfaitement, je suis jeune et j’ai eu des propos maladroits sur l’OM et le fait que je ne jouerais jamais au PSG. Je suis conscient de la situation, j’arrive ici pour montrer à tous les supporteurs du PSG qui sont sceptiques que je suis là pour tout donner pour le club et ce maillot. Ils le verront très vite. Je suis très compétiteur et, dès mon premier match, je donnerai tout pour ce maillot. »

Un genou droit à surveiller

« Je suis né à Marseille, c’est vrai, mais je n’y peux rien, poursuit le champion du monde 2018. Je n’ai jamais vécu à Marseille, mon seul souvenir, c’est quand j’ai battu l’OM avec l’Atlético de Madrid en finale de la Ligue Europa (3-0, le 16 mai 2018 ; il avait disputé toute la rencontre). Sinon, je n’ai rien qui me rattache à la ville, aucun membre de ma famille n’y vit. » Pour une première sortie médiatique, le Français a fait le job en tentant de déminer immédiatement le terrain avec les supporteurs.

S’il traîne effectivement quelques petites casseroles d’un point de vue de la rivalité PSG-OM, sûr que son premier tacle de chien sauvage, au Parc, le 12 août prochain, contre Lorient, pour la reprise du championnat au Parc, devrait lui permettre de vite se mettre le public dans sa poche. Ce n’est pas comme si Paris comptait beaucoup de joueurs à poigne dans son effectif. Reste juste à savoir si son genou le laissera tranquille, lui qui sort d’une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit contractée avec les Bleus au Qatar.

Sur ce point, l’ancien Colchonero assure que les sensations sont bonnes pour le moment.
« Cela a été une blessure très compliquée mais je suis rétabli, je me sens très bien. J’ai repris normalement avec l’équipe. J’ai des charges de travail spécifiques. En plus des entraînements avec le groupe, je fais plus de renforcement musculaire. Je me sens très bien, je n’ai pas d’appréhension ni de doute alors que parfois, tu peux en avoir après ce genre de blessure, se rassure Hernandez. Tu peux avoir tendance à lever un peu le pied inconsciemment, mais pas là. J’espère qu’en signant ici à Paris, je laisse aussi derrière moi les blessures et que je vais pouvoir enchaîner les rencontres. » C’est tout ce qu’on lui souhaite en tous les cas.

Sujets liés