Mercato OL : Le transfert de Lucas Paqueta à West Ham symbolise-t-il un Lyon en manque d’ambition ?

FOOTBALL Le départ en Premier League de l'international brésilien, officialisé lundi soir, pourrait sérieusement amoindrir les ambitions de l'Olympique Lyonnais de retrouver la Ligue des champions à la fin de la saison

Jérémy Laugier
Lucas Paqueta a posé, lundi soir à Londres, avec son nouveau maillot, celui des Hammers.
Lucas Paqueta a posé, lundi soir à Londres, avec son nouveau maillot, celui des Hammers. — Simon Dael/Shutterstock/SIPA
  • L’Olympique Lyonnais et West Ham ont officialisé lundi soir le transfert de Lucas Paqueta vers les Hammers, pour 61,630 millions d’euros, dont 18,680 M€ de bonus étalés sur les cinq années de contrat du joueur.
  • Le départ de l’international brésilien chez le 7e de la dernière Premier League peut surprendre, à trois mois de la Coupe du monde, d’autant qu’il n’avait encore jamais manifesté publiquement ses envies d’ailleurs.
  • L’OL, qui estime pouvoir compenser ce transfert majeur grâce au trio Reine-Adélaïde/Faivre/Cherki ne manque-t-il pas d’ambition sur cette fin de mercato pour son objectif de podium ?

« Va et reste là où les personnes te valorisent. » C’est cette partie énigmatique du message Instagram de Lucas Paqueta, pour officialiser son départ de l’OL, qui a retenu l’attention des supporteurs lyonnais lundi soir. S’il était presque surprenant de voir un (désormais) titulaire indiscutable d’une des cinq meilleures sélections du monde rester presque deux ans dans le Rhône, le voir rejoindre West Ham (7e de la dernière Premier League) l’est tout autant. Et ce surtout à trois mois d’une Coupe du monde au Qatar amenée à « valoriser » encore davantage le talentueux milieu offensif de 25 ans.

Si son transfert avec bonus fait virtuellement de lui la deuxième plus grosse vente de l’histoire de l’OL derrière Tanguy Ndombele (61,630 millions d’euros), celui-ci ne s’élève « qu’à » 42,95 M€ sans eux, soit quasiment l’indemnité de son compatriote et ami Bruno Guimaraes (42,1 M€ + 8M€ de bonus), lors de son départ à Newcastle en janvier dernier.


Aulas assure qu’il voulait « absolument partir », mouais…

Comme pour Guimaraes huit mois plus tôt, Jean-Michel Aulas a d’ailleurs assuré, dimanche soir sur Canal +, que le joueur « voulait absolument partir ». Sauf que celui-ci ne l’a jamais affirmé dans la presse, contrairement à son attachement au club qu’il martèle depuis son arrivée en Ligue 1. S’il est globalement moins en vue depuis les départs enchaînés du directeur sportif Juninho et donc de Bruno G., les deux personnes dont il était le plus proche à Lyon, Lucas Paqueta reste celui par qui l’étincelle est souvent venue ces derniers mois.

Comme un symbole, la dernière prestation de l’OL, sans son meneur de jeu brésilien, a été particulièrement insipide, dimanche à Reims (1-1). Parmi les 80 matchs (pour 21 buts) disputés par Lucas Paqueta avec Rudi Garcia puis Peter Bosz, il restera forcément son début de saison 2021-2022 canon (ah, cette conclusion clinique d’un mouvement collectif génial contre Clermont), deux buts marquants contre le PSG ou à Porto, ainsi que des coups d’éclat ayant totalement conquis les deux virages, comme son petit pont sur l’ancien Niçois Evann Guessand, ou son entrée en jeu surréaliste face à l’AS Monaco.


Une juteuse plus-value pour le duo Guimaraes-Paqueta

En octobre 2021, il avait en effet enchaîné deux matchs de haut niveau en moins de 48 heures, avec 9.000 kilomètres (et 10 heures) de voyage, plus six heures de décalage horaire, pour s’illustrer avec la Seleçao comme avec Lyon. Le Parc OL a rarement été aussi euphorique que sur ce match de Ligue 1 a priori anodin, qui s’est transformé en concours de chants en l’honneur de Lucas Paqueta, dont les dribbles et la protection de balle ont eu peu d'équivalents en France depuis deux ans.

Mais vite solder l’héritage de Juninho, avec une nouvelle juteuse plus-value à la clé comme pour Bruno Guimaraes, deux ans après un achat à hauteur de 20 M€ à l’AC Milan, semble presque être une stratégie des mercatos lyonnais en 2022. D’ailleurs, les dirigeants de l'OL (Aulas-Ponsot-Cheyrou) sont les absents de marque du message d’adieu (pourtant riche en remerciements), de Lucas Paqueta.

Comme pour Memphis un an plus tôt, aucune recrue pour le remplacer

Comme il y a un an, lorsque Lyon a estimé ne pas avoir besoin de trouver un véritable remplaçant à Memphis Depay pour retourner en Ligue des champions, le club indique, lundi soir dans son communiqué, pouvoir compter au milieu « sur une saine émulation entre Jeff Reine-Adélaïde, Romain Faivre et Rayan Cherki ».

Voyez-vous dans cette liste le profil « mi-guerrier, mi-Michelangelo », tel que Mauricio Barbieri nous décrivait son ancien prodige à Flamengo ? En tout cas, si Bruno Cheyrou s’était permis de chambrer le mercato de l’OM, le 1er juillet après le départ de Jorge Sampaoli, celui-ci se révèle (à nouveau) plus ambitieux que celui de l’OL, deux mois plus tard. Car malgré l'espoir suscité par l’arrivée de John Textor, la balance sera encore très largement bénéficiaire cet été (a minima +37 M€).