ASSE-FC Metz : Transcendés par un Chaudron « exceptionnel », les Verts comptent « obtenir rapidement le maintien »

FOOTBALL Désormais 17e, les Stéphanois ont remporté un succès clé (1-0), ce dimanche, contre un concurrent direct dans la lutte pour le maintien en Ligue 1. De la ferveur des supporteurs à la constance de ce groupe, tous les voyants sont au vert

Jérémy Laugier
Ligue 1: Le débrief d'ASSE-FC Metz (1-0) — 20 Minutes
  • Vainqueur de quatre de ses six derniers matchs de Ligue 1, Pascal Dupraz est en train de réussir son opération sauvetage à la tête de l’ASSE.
  • Le succès de ce dimanche face à Metz (1-0) est d’autant plus précieux qu’il enfonce un concurrent direct dans la zone rouge.
  • Désormais 17e et sur une épatante dynamique, les Verts se mettent à espérer une fin de saison bien plus sereine que prévu.

Au stade Geoffroy-Guichard,

Près de trois mois après sa prise de fonction à la tête d’une AS Saint-Etienne, 20e de Ligue 1 (avec 2 succès en 18 matchs), Pascal Dupraz est en train de réussir son pari. Grâce à une victoire (1-0) essentielle et méritée, ce dimanche contre le FC Metz, les Verts pointent désormais à la 17e place, avec un point d’avance sur l’actuel barragiste Lorient et trois sur le tandem Metz-Bordeaux.

De quoi célébrer cette dynamique inespérée (4 succès et 1 nul sur les 6 dernières journées de Ligue 1) dans un Chaudron retrouvant une ferveur comparable à la demi-finale de Coupe de France remportée contre Rennes (2-1) le 5 mars 2020, juste avant l’épidémie de coronavirus.

Un record d’affluence depuis plus de deux ans

« L’ambiance était exceptionnelle, les supporteurs étaient avec nous de la 1re à la 90e minute et on en est très fiers, a confié un Lucas Gourna-Douath ému ce dimanche. Vers l’heure de jeu, on sent qu’ils nous poussent à un moment où l’adversaire commence à être fatigué. Ils sont incroyables, je les remercie aussi pour ce "Shalalala" après le match. »


Une tradition de partage entre les joueurs et les deux kops du stade Geoffroy-Guichard qui tendait à disparaître au vu des contraintes liées au Covid-19, mais surtout en raison des résultats désastreux du club depuis près de trois ans. L’euphorie est de retour dans le Forez, si bien que pour une affiche guère reluisante entre le 19e et le 18e, à un horaire inhabituel de 13 heures, le Chaudron a enregistré son record d’affluence (35.607 spectateurs) depuis plus de deux ans.

Des « Direction démission » scandés par le kop nord malgré tout

Comme quoi « la roue a tourné » pour ce groupe, comme le résume Mahdi Camara, alors que le peuple vert était fâché depuis si longtemps contre toutes les strates du club, à commencer par son binôme Romeyer-Caïazzo, qui n’a d’ailleurs pas échappé à des « Direction démission » du kop nord même dans ce contexte ultra-favorable. Le remplacement de Claude Puel par Pascal Dupraz a-t-il été la seule clé de cette spectaculaire inversion de tendance ?

« Le coach et le staff nous donnent beaucoup de confiance en nous », confirme Sada Thioub, attaquant repositionné en piston droit, et très convaincant ce dimanche. « On est conscients des efforts qu’il y a à faire pour remporter un match aussi tendu qu’aujourd’hui, indique Ryad Boudebouz. Le groupe est très uni et l’appui des supporteurs nous donne beaucoup de forces sur le terrain. »

« Il y a vraiment un groupe qui a remis son cerveau à l’endroit »

Tous les discours convergent autour de l’apport de ce 12e homme, de manière bien trop spontanée pour que ça soit un calcul de communication. « C’est sûr qu’ici, ça pousse fort et qu’aujourd’hui, ça a galvanisé les Stéphanois », estime le gardien messin Marc-Aurèle Caillard, qui reconnaît avoir pris « un coup derrière la tête » après cette défaite cruciale dans la lutte pour une survie dans l’élite. Une ferveur populaire sur laquelle ne pourront clairement pas compter les quatre concurrents directs des Verts, à savoir Troyes, Lorient, Metz et Bordeaux.

A la peine pendant une saison et demie, le buteur du jour Denis Bouanga incarne la bonne dynamique stéphanoise. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK
A la peine pendant une saison et demie, le buteur du jour Denis Bouanga incarne la bonne dynamique stéphanoise. JEAN-PHILIPPE KSIAZEK - AFP

« Il y a vraiment un groupe qui a remis son cerveau à l’endroit, apprécie Denis Bouanga, auteur de l’unique but du match de demi-volée (1-0, 52e). On se bat les uns pour les autres et on n’est plus dans la réaction, ça fait notre force. » Cette dynamique reste fragile, comme en attestent les quatre grosses balles de break manquées par le Gabonais (dont un poteau), juste avant que Jérémy Stinat ne désigne le point de penalty en faveur du FC Metz (85e).

Le VAR a sauvé les Verts dans le « money-time »

« Je ne vous cache pas que j’ai eu très peur », sourit Lucas Gourna-Douath. Le VAR a finalement alerté l’arbitre pour une faute sur Mahdi Camara quelques secondes plus tôt, évitant au Chaudron un cruel coup de clim. Mais cette équipe semble habitée par une force collective, que même le PSG a peiné à éteindre la semaine passée (3-1).

Si bien qu’à 11 journées de la fin, Ryad Boudebouz lance un drôle d’espoir : « J’espère qu’on obtiendra rapidement ce maintien pour être un peu plus tranquilles ». Les supporteurs stéphanois n’auraient jamais imaginé pareille décla cette saison, lorsqu’ils ont fêté Noël dans la peau d’une lanterne rouge au profil de condamné.