ASSE-RC Lens : Des ultras stéphanois ont (encore) réclamé le départ « des clowns » Roland Romeyer et Bernard Caïazzo

FOOTBALL Environ 200 supporteurs des Verts ont participé à un rassemblement samedi, en marge d'une sixième défaite consécutive en Ligue 1 contre le RC Lens (1-2)

Jérémy Laugier
— 
Environ 200 supporteurs stéphanois se sont rassemblés samedi, 1h30 avant le coup d'envoi du match ASSE-RC Lens.
Environ 200 supporteurs stéphanois se sont rassemblés samedi, 1h30 avant le coup d'envoi du match ASSE-RC Lens. — Jérémy Laugier/20 Minutes
  • Bloquée à la 20e place en Ligue 1, l’ASSE s’est une nouvelle fois inclinée samedi contre le RC Lens (1-2).
  • S'ils n’ont pas pu assister au match, en raison de la jauge de 5.000 spectateurs, environ 200 membres du kop nord ont pris part à un rassemblement avant la rencontre.
  • Les deux présidents stéphanois Roland Romeyer et Bernard Caïazzo ont sans surprise été vivement critiqués par les Magic Fans, et qualifiés de « clowns ».

Au stade Geoffroy-Guichard,

« Joueurs/staff : la balle est dans vos pieds pour nous sauver. » C’est autour de cette banderole qu’environ 200 ultras stéphanois se sont retrouvés samedi après-midi, devant le stade Geoffroy-Guichard, à 1h30 du coup d’envoi d’  ASSE-RC Lens (1-2). Au moment d’accueillir le bus des joueurs, les supporteurs des Verts n’ont volontairement pas mentionné sur ce message les dirigeants du club. « C’est évident qu’il n’y a désormais plus que les joueurs qui peuvent faire bouger les choses », estime un membre des Magic Fans, groupe à l’origine de  ce rassemblement intitulé « Sauvons l’ASSE ».

Roland Romeyer et Bernard Caïazzo ont par contre été les principaux personnages de quasiment toutes les banderoles dévoilées par la suite, du type « Romeyer/Caïazzo, fini le cirque, il est temps de quitter la piste », « RR/BC, les 2 clowns qui ne font pas rire », « Roland, mourir avec tes parts du club n’est pas la solution, mais ton départ pour le sauver est une urgence » , ou encore « (G) Roland Romeyer, la blague a assez duré, dégage ! ».

« Romeyer s’est permis de nous narguer contre Nantes »

Un florilège d’amabilités, sur fond de « Direction démission » repris en chœur à de multiples reprises par ces ultras pendant une demi-heure, le tout en allumant des fumigènes et en portant des dizaines de masques de clowns à l’effigie des deux présidents du club. L’initiative de ce rendez-vous est liée au boycott par les deux kops de ce match contre les Lensois, en raison de la jauge à 5.000 spectateurs. « C’est histoire de se retrouver, car on garde toujours la passion et que ça nous manque de chanter, explique Jocelyn, un membre des Magic Fans. On ne peut pas faire grand-chose de plus. » Les supporteurs présents à ce rassemblement ont pour point commun « un ras-le-bol total » de l’atypique présidence bicéphale depuis 17 ans.

La curiosité du jour, qui n'est pas sans rappeler le « Kita circus » à Nantes, se trouvait dans les masques de clowns à l'effigie de Roland Romeyer et Bernard Caïazzo portés par les Magic Fans.
La curiosité du jour, qui n'est pas sans rappeler le « Kita circus » à Nantes, se trouvait dans les masques de clowns à l'effigie de Roland Romeyer et Bernard Caïazzo portés par les Magic Fans. - Jérémy Laugier/20 Minutes

« Ce qui m’embête le plus, c’est de voir que mon club a vendu tant de bons joueurs, comme Selnaes, sans pouvoir en acheter un seul aujourd’hui, souligne Gino (19 ans), abonné au kop nord et venu exprès du Nord de la France avec son cousin pour assister au match, malgré la jauge. J’ai vécu de près une saison magnifique, en 2018-2019, quand on était aux portes de la Ligue des champions. Alors imaginez comme ça me fait mal de voir ainsi mon club couler. » Si elle n’est pas exactement comparable à la fronde contre Waldemar Kita au FC Nantes (hormis le registre circassien), la rupture entre les principaux groupes de supporteurs stéphanois et la direction de l’ASSE ne date pas d’hier. Jocelyn :

 Ça fait plusieurs années que les vrais ultras ont compris qu’on n’évoluerait jamais avec ces présidents. Moi, ça fait moins longtemps car je les pensais vraiment amoureux du club. Mais Caïazzo est loin de tout ça à Dubaï, et Romeyer s’est permis de nous narguer en tribunes en plein match contre Nantes [0-1 le 22 décembre pendant qu’on chantait "Direction démission". Là, on a tous compris qu’on était vraiment dans la merde. »
 

« L’amour de ce club, c’est dans nos gènes »

La volonté de Roland Romeyer et Bernard Caïazzo de vendre le club, rendue publique le 13 avril 2021, aurait pu mettre un terme aux tensions quasi-permanentes autour de l’ASSE. Mais le processus de vente se révèle interminable, et l’actuelle place de lanterne rouge des Verts refroidit forcément de nombreux repreneurs potentiels. « Seul un renouveau peut faire du bien, mais ça passe par le maintien en Ligue 1, résume Jocelyn. On est donc obligés de faire avec ce qu’on a et il va falloir se sauver pour être vendus. Nous sommes dans une impasse avec ces présidents et leurs vieilles idées. »



L’un de ses amis poursuit : « L’amour de la ville et de ce club, c’est dans nos gènes. Même en Ligue 2, on restera abonnés ». Une fidélité en vert et contre tous qui ne laisse pas insensibles les joueurs, très marqués par leur sixième revers de rang en Ligue 1, trois heures après le rassemblement. Le buteur du jour Ryad Boudebouz n’a ainsi pas oublié de mentionner « nos supporteurs qui galèrent ». Le sort du derby, vendredi prochain, pourrait presque à lui seul leur redonner une partie de leur fierté.